AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ShanoaxDracula, VI, I

Aller en bas 
AuteurMessage
ShanoaOoE
Neophyte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 23
Emploi : Auteure
Loisirs : jeux castlevania, écriture de critiques de recueils, photographie
Date d'inscription : 24/04/2018

MessageSujet: ShanoaxDracula, VI, I   Jeu 23 Aoû - 23:37


L'avant dernier post de cette fic'

Shanoa VI, partie I

Sitôt les portes passées, Shanoa ressent l’aura sinistre et captivante de Dracula. Ses deux glyphes [La Haine de Dominus] et [La Colère de Dominus] palpitent de plus en plus violement dans sa poitrine, comme s’il s’agissait d’une pulsation de cœur furieux. Son corps réduit, inconscient, la distance qui la sépare du vampire.
Dracula lâche délicatement Shanoa. Celle-ci, interdite, fixe le Comte dans les yeux. Son regard carmin lui renvoit un appétit féroce, carnacier et charnel.
« Je suis le seul qui puisse me détruire. On t’as donc récemment instillé deux éléments de mon âme. Mais, Shanoa, d’où vient qu’il te manque le dernier ? » , lui demande t-il d’une voix calme, tout en la plaquant étrangement fluidement contre l’une des colonnes de marbre où des anges s’entrelacent.

Sa main descend lentement sur le visage de la jeune guerrière qui semble comme figée. Elle frémit au contact de la peau tiède de son ennemi. À cet instant, elle se sait déjà désarmée.
Ses doigts s’arrêtent sur les lèvres de la jeune femme. Sa bouche brûle de lui. Son pouce entrouvre ses lèvres. N’y tenant plus, Shanoa lui lèche timidement la phalange. Elle rougit.
Dracula trouve son attitude terriblement niaise, tant de fois expérimentée. Il en vient presque à regretter ne pas être mortel. Il n’est pas sûr, en effet, d’être apprécié de la belle. Elle n’est, peut-être attirée que par son aura. Dans l’état où elle était– et Dieu sait qu’il ne lui a encore rien fait– il pourrait tout lui faire dire, tout lui faire faire. Mais quel serait le plaisir dans une domination sans cœur ?
Du coin de l’œil, il la surveille, inquiet par son propre désir. Ses bras à elle cherchent à timidement se lier au corps du Comte. Il la serre contre lui, si proche de ses lèvres. Ce mouvement lui permet de jauger le fol embrassement de son cœur. Il ne tient qu’à lui de la soumettre, complétement, corps et âme. La drôlesse bien faite est source de tentations, il doit bien le reconnaître. Son caractère affable mais pugnace fait d’elle une parfaite candidate pour les nuits trop parfaites de Dracula.

Dracula caresse les ailes dont la jeune élue s’est affublée. Il sait que Shanoa ressent cette tendresse sur tout son corps. Le délice dans ce jeu est qu’elle vient d’en prendre conscience. Lui porter un coup dans ses ailes équivaut au fait de la blesser physiquement puisque cette implémentation est portée par son âme. Dracula s’applique, avec une lenteur calculée, pour qu’elle succombe lors de cette caresse psychique. Pourtant, elle le voit alors comme il est. Sanguinaire, dominant, séducteur, manipulateur, meurtrier, païen. Aveuglée par le sentiment idiot de l’admiration, elle lit en lui tout ce qu’elle a toujours rédouté chez un homme. Et Dracula n’a aucun complexe à se présenter sous son jour le plus parfait, si bien qu’elle n’ aimera jamais un autre homme, encore moins si celui-ci est un mortel.

Dracula fait doucement descendre Shanoa le long de la colonne, jusqu’à l’allonger tout à fait.
« N’aies crainte, ma belle élue. », lui murmure t-il à l’oreille, tandis qu’il défait les lacets en satin rouge de sa robe. Lui même ouvre son pourpoint pour révéler un torse d’acier.
S’allongeant sur elle, il lui emprisonne les mains qu’il ne maintient au sol qu’avec son poignet.
Le battement de cœur de Shanoa s’intensifie. Électrifiée, elle lutte contre le courant qui monte en elle. Elle doit se concentrer sur sa mission. Faiblement, [Nitesco] s’illumine dans sa paume.
« Shanoa, tu sais bien que tu n’auras pas besoin d’un tel stimulant… », il se penche entre ses lèvres, sans les toucher, comme s’il lui soufflait le mot interdit dans la bouche : « Pour jouir. »
De l’autre revers de main, il emprisonne la magie du sort qui disparaît.

À présent, il fixe Shanoa dans les yeux. Son contact est hypnotique. Ses bas noirs, pressant entre les jambes de Shanoa la feraient périr d’anticipation.
« Détournes seulement ton regard, si toutefois tu l’oses. »
Il est évident qu’elle ne peut. Elle se voit, ses trônes de la pudeur impudiquement pourpres, éperdue, perdue en lui, dans ses yeux de prédateur.
Puis, fatalement, honteuse, elle baisse les yeux. La main de Dracula lui relève lentement le menton et lui déclare encore :
« Tout comme la Vierge fut choisie par Dieu, Shanoa, je te ferai mienne. »
Ses paroles prophétiques tétanisent la jeune femme. Cependant ce fourbe ne lui demande pas :
« Le veux-tu ? »
Mais :
« Penses-tu me résister encore longtemps ? », la voix teintée d’un ton inflexible.
Elle balbutie….
« Je te tuerai Démon, lorsque tu me rendras ma liberté. »
« Tu mourras bien avant si tu ne te lies pas à moi. Tous les Belmonts t’envient en ce moment, ma chère. »
Dracula ressent ce que l’évocation de ce nom fait à Shanoa. Ses yeux s’écarquillent, comme hors d’elle. Tout son combat la ramène à la cruelle réalité qu’elle n’est que femme contre Dracula, et que, comme elle, anges et démones tombent face à lui.
Se sentant placée dans un piège aux effluves de roses ambrées et de draps de velours cachant une serrure d’airain, la jeune femme fournit un effort surhumain qu’elle puisse dans ses glyphes, se relève, alerte, et pose la pointe de la lame de [Melio Secare] sur le cou dénudé de son adversaire.
« Je ne suis pas de ces filles d’Eve de joie, Dracula. C’est d’un combat physique dont j’ai soif. »
Le Comte, les yeux brillants s’éloigne de la jeune femme qui se prépare à parer gracieusement devant lui.
« Il n’est qu’une question de temps avant que tu apprennes que chacune de mes nuits est un combat. Soit Shanoa, qu’il me soit fait selon ta parole. », se moque t-il, en prononçant des paroles lourdes de sens pour la jeune élue de l’Ecclesia.

Elle a un rictus de dégout et clame :
« Les paroles saintes sont, dans ta bouche, teintées de ténèbres insondables. »
« Tu es plus forte que tu ne le prétends, Shanoa. Une partie de toi sait bien que j’ai touché bien plus que tes lèvres, et si je te le disais, je te tuerai de honte. Mais soit, harangues ta colère contre moi, rends-moi les instruments qui me rendent plus fort ! », tonne t-il, tonitruant.
Sa voix est soudain glaciale, ses gestes maîtrisés et gracieux. Une fois encore, il attaque Shanoa de plein fouet, qui déplore qu’il ait délié certain de ses effets.
« Je vais te tuer, monstre ! »

Soudain, elle pousse un cri si strident qu’on dirait qu’on vient de lui déchirer l’âme. Les caresses de Dracula se mêlent avec l’impression indescriptible qu’on lui arrache la peau. Dracula, sans pitié aucune s’empare du troisième glyphe qu’il avait ressenti enfouit depuis qu’il a croisé la route fatale de la jeune femme.
« Tu pourrais, alors, peut-être m’écouter. », l’encourage t-il. « Viens à moi, Shanoa. Tu attends de moi que je te libère de ce mal. »
« Plutôt mourir que de te voir me faire ça ! », crache t-elle sur le tapis d’Orient.
« Mais hélas cela n’est pas un problème, ne le vois-tu pas. », lui répond-il d’une voix qui la déconcerte tant elle est empreinte de sadisme.
« Quel est ton choix, Shanoa ? Soit tu viens à moi et je te libères de ce mal avec toute la douceur que tu sais que je possède, soit je te soumets par la douleur attroce que tu viens de traverser. »
La jeune femme porte une main à son cœur. En rage, elle réalise qu’elle n’avait qu’à lancer le sort ultime avec les trois parties, mourir, et être libre.
La voici maintenant incapable de lui dire ce qu’elle préfère.
Son corps, las, se délasserait bien dans la chaleur charnelle du Comte, reniant les siens et ce pour quoi elle est née. Dans le cas contraire, la litanie des élus se remettrait en marche. Et en quoi son choix changerait le corps des choses.
La haine de Dominus monte dangereusement en elle. Elle toise le Comte, qui ne bouge pas, mesurant chacune de ses réactions, se délectant de leur scène finale qui est toute proche.

Pour une fois, il respecterait au centuple sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ShanoaxDracula, VI, I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castlevania france :: Jeux videos :: Illustration/texte/scan-
Sauter vers: