AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Castlevania: The New Generation - MD - 1994

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
NeoJin
à mettre au feu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 537
Age : 31
Emploi : Réflechir
Loisirs : JV, amis, lecture, musique, mangas
Date d'inscription : 16/05/2008

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Mar 29 Avr - 11:13

Ok , c'est parfait merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayfenwick
habitué


Masculin
Nombre de messages : 50
Age : 39
Emploi : enseignant
Loisirs : musique, arts, lecture
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 8:15

Salut ! Bon, je ne vais pas relancer le débat mais je crois que ceux qui ont eu l'occasion de me lire l'auront bien compris : Bloodlines est de loin mon Castlevania préféré et ce, malgré des tableaux parfois ratés au niveau graphique et les gros anachronismes... Vous savez, les goûts et les couleurs... Selon moi, l'important est de prendre du plaisir sur émulateur ou - encore mieux - sur console avec cette saga de légende !

Je voulais juste vous prévenir que depuis plusieurs mois, je collabore avec des hackers pour concevoir une version ALPHA de Bloodlines intégrant tous les sprites et les tableaux inédits de la beta 0.5 dont j'ai fait l'acquisition en janvier dernier ! Figurez-vous qu'en décortiquant la rom, nous sommes même parvenus à trouver des persos et des éléments jamais vus à ce jour !!! Si nous parvenons à nos fins, le jeu sera téléchargeable gratuitement sur le net...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur B.
Modérateur en STAND BY
avatar

Masculin
Nombre de messages : 558
Age : 37
Localisation : Au fond à droite.
Emploi : Technicien labo
Loisirs : Ne rien faire et le faire bien.
Date d'inscription : 03/01/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 10:26

En parlant de ça, il n'était pas question de récupérer une copie de la beta sur un autre post ?
Où en est cette histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.clocktower.fr/
Jayfenwick
habitué


Masculin
Nombre de messages : 50
Age : 39
Emploi : enseignant
Loisirs : musique, arts, lecture
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 10:35

Eh bien, si tu regardes bien dans la rubrique "Castlevania - les jeux", il y a tout un post consacré à cela avec photos d'écran de la beta à l'appui ! Je n'ai pas rendu publique la rom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayfenwick
habitué


Masculin
Nombre de messages : 50
Age : 39
Emploi : enseignant
Loisirs : musique, arts, lecture
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 13:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 21:21

Monsieur B. a écrit:
En parlant de ça, il n'était pas question de récupérer une copie de la beta sur un autre post ?
Où en est cette histoire ?

Non, rien n'est "récupérable".
Il faut payer une certaine somme, qui n'est pas annoncée...
Dès lors, il n'est pas évident de se positionner !

 bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayfenwick
habitué


Masculin
Nombre de messages : 50
Age : 39
Emploi : enseignant
Loisirs : musique, arts, lecture
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 25 Mai - 22:04

@S.A.S back from his grave : je crois en fait que Monsieur B. a manqué quelques épisodes, notamment celui où j'avais finalement réussi à me procurer la bêta de Bloodlines !

J'ai abandonné l'idée de vendre mes copies cartouche pour le moment. Priorité au projet Alpha qui, si il est mené à terme, sera une véritable tuerie bourrée de nouveautés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Lun 26 Mai - 2:09

Ah bah ça, la version Alpha, là encore on ne peut que l'attendre avec grande impatience !

 cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayfenwick
habitué


Masculin
Nombre de messages : 50
Age : 39
Emploi : enseignant
Loisirs : musique, arts, lecture
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Lun 26 Mai - 10:34

Je suis tout aussi impatient que toi et n'ai aucune idée de la date de livraison de cette version modifiée du jeu ! Ne touchant pas ma bille en programmation, j'ai dû sous-traiter à des hackers expérimentés dans ce domaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AkumajoD.
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1389
Age : 26
Emploi : S.T.A.L.K.E.R
Loisirs : Explose du snork
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Mar 27 Mai - 0:01

Jayfenwick a écrit:
J'ai dû sous-traiter à des hackers expérimentés dans ce domaine...

Ce forum est juste Epic!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ledenezvert
Neophyte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 39
Emploi : Enseignant
Loisirs : Castlevania bien sûr !
Date d'inscription : 07/05/2014

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 12 Oct - 22:43

Polop !!

Etant actuellement en train de retourner cet épisode dans tous les sens, je me pose quelques questions et j'aurai besoin de votre avis là-dessus SVP.

La notice (européenne) nous parle d'une sorcière appelée Drolta Tzuentes qui ramena à la vie sa maîtresse Elizabeth Bartley pour que celle-ci essaie à son tour de ressusciter Dracula. Je ne reviens pas sur les inspirations historiques des 2 personnages, mais j'ai été un peu surpris que la notice parle autant d'un personnage secondaire comme Drolta si celle-ci n'apparaît pas dans le jeu ! Et c'est en me focalisant sur le message de fin du jeu "the resurrection of Dracula has been averted" (= "la résurrection de Dracula a été évitée") que je me suis vraiment interrogé. Si elle a été évitée, c'est que le boss de fin n'était pas vraiment Dracula, tout au mieux une forme altérée du Prince des Ténèbres. Et c'est là que la deuxième forme du boss final qui m'intriguait beaucoup jusqu'ici car elle fait penser à la Mort (pourtant vaincue peu de temps avant) avec une grande cape noire, pourtant non armée de faux ou de faucilles mais d'une baguette magique, m'a fatalement fait penser à l'artwork de Drolta... Se pourrait-il donc que ce soit elle ?


Pour cela il faut que son propre corps soit utile/nécessaire à la résurrection de Dracula (l'ultime forme du boss final ne serait que la suite de la fusion entre son corps et celui de Drac' car elle a bien une sorte de deuxième tête au niveau du bas ventre) mais c'est bien la seule explication plausible à mes yeux quant à la véracité du message de fin : Dracula n'a pas jamais été pleinement ressuscité, la transformation avec le corps de Drolta n'a pas pu aller jusqu'au bout... Cela justifierait du coup la présence de Drolta dans la notice (elle ne serait pas là gratuitement, juste pour étayer un peu + le background de l'épisode) et de + cela collerait assez bien avec la fusion de Drac' et la Mort à l'issue de la suite de The New Generation / Bloodlines dans Portrait of Ruin...


Autre question qui me turlupine : John et Eric poursuivent Elizabeth à travers l'Europe afin d'empêcher la résurrection de Drac' mais tombent à chaque fois sur un os (comprendre une flopée de créatures démoniaques et des bosses) ; croyez vous qu'ils arrivent toujours trop tard par rapport à Elizabeth et qu'ils ne font que réparer le mal causé sur son passage ou bien que ce sont eux qui provoquent en réalité le retour de Drac' parmi les hommes en tuant les bosses nécessaires à sa résurrection ? Je me suis fait cette réflexion en voyant que les bosses affrontés juste avant la Mort sont ceux des niveaux 2, 3 et 4 désormais sous l'emprise de l'alliée fidèle du Prince des Ténèbres (donc leurs pouvoirs sont totalement acquis pour accomplir le rituel de résurrection) ; celui du niveau 1 ne serait qu'un leurre d'Elizabeth ou Drolta qui ne serait là que pour retarder les héros, mais quid de celui du niveau 5 (the princess of moss/moth) ? Peut-être que ce dernier n'a pas été retenu dans ce simili boss rush pour des raisons purement pratiques car il deviendrait probablement trop difficile de sortir vainqueur d'autant de combat à la suite (surtout en mode expert) mais j'avoue que cette zone de flou par rapport à la totale compréhension du scénario comme du background m'interroge pour un épisode qu'on a vraiment voulu lier au roman de Bram Stoker à la base afin de lui donner une certaine légitimité et un certaine profondeur scénaristique alors que d'un autre côté le jeu en lui-même est vraiment axé arcade par rapport à ses prédécesseurs... Enfin je me dis aussi qu'à force d'avoir été retravaillé et retardé le jeu a peut-être bien perdu plusieurs éléments qui lui auraient donné tout son sens... Qu'en pensez vous ?

Par ailleurs, qui sont vraiment les personnages dans l'intro ?


Je pense à Trevor et Sypha surtout comme à l'époque ils étaient les premiers à avoir vaincus Dracula et qu'ils illustreraient bien le message en dessous... Mais ne trouvez-vous d'ailleurs pas que cette même phrase soit un peu étrange ? En traduisant cela peut donner "les ancêtres de la famille Belmont portent le fardeau d'affronter le pouvoir du Mal incarné... Dracula !". Il s'agit probablement d'une erreur de traduction du japonais à l'anglais (un "are doomed" au lieu d'un "were doomed" ou - mieux - "the ancestors" à remplacer par "the descendants") car tel quel on a l'impression que les ancêtres de la famille Belmont sont tous bloqués dans une faille spatio-temporelle pour affronter éternellement Dracula ! Oh mais c'est le scénario de Judgment ça lol!


Enfin, c'est l'origine d'Eric Lecarde qui me taraude : j'ai bien compris qu'il possède la lance d'Alucard (encore une mauvaise traduction à la base scratch ) mais j'ai du mal à le prendre pour un "vampire hunter" (et non "killer") officiel au même titre que John Morris comme annoncé dans le jeu et la notice... Il n'a absolument pas le look d'un Belmont ou autre guerrier "viril" pour commencer mais plutôt d'une Sypha Belnades avec son apparence androgyne et ses longs cheveux blonds (surtout dans la version jap). S'il fait vraiment partie de la lignée des Belmont comme le suggèrent la notice et le jeu - enfin d'une branche éloignée de la famille - se pourrait-il qu'il appartiennent plutôt à la branche Belnades ou bien qu'il descende carrément d'Alucard ? La consonance de son nom japonais Erikku Rikādo rappelle celle d'Alucard (Arukādo)... Et cela expliquerait peut-être que ses filles soit douées pour la magie et qu'il ait le pouvoir de rester sous une forme spectrale dans le monde des vivants dans Portrait of Ruin, je veux dire qu'une filiation avec Alucard (il aurait donc un quart de sang vampire) lui octroierait un tel pouvoir...

Bref, qu'en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://castlevania.retrogaming.fr
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Lun 13 Oct - 0:13

Parle du jeu et de tes impressions en ayant joué.
C'est vraiment (et surtout) ça l'important.

Toutes les considérations scénaristiques sont à prendre avec plus de légèreté, à mon sens. Nous sommes dans un jeu qui présente des éléments fantastiques, qu'il ne faut pas vraiment prendre au pied de la lettre. Pour rappel, des chasseurs de vampire et Dracula, ça n'existe pas, hein^^

Sinon de façon plus terre à terre, ce que je crois :

- tu as raison c'est bien Simon et Sypha, il n'y a aucun doute là-dessus. Même s'il ne s'agit pas d'une Belmont à proprement parler, je ne vois aucune erreur d'ailleurs dans le film qui est présenté au début : on peut deviner que Sypha s'est accouplée à Trevor à la fin de Dracula's Curse, donc qu'elle a mis au monde avec lui une progéniture appelée à combattre Dracula comme le dit le message. Elle n'est donc certes pas née Belmont, mais est devenue Belmont "par alliance".

- Simon et Sypha sont bien des ancêtres de John Morris. Pas d'une branche ou d'une famille cousine, mais de John Morris. En effet, ce personnage est décrit comme le descendant des Belmont. On s'en fout de ce que Portrait of Ruins a inventé après sur les Morris et les Belmont et toutes ces conneries. C'était inventé 12 ans plus tard et ce n'est pas à prendre pour argent comptant dans ce jeu.

- Les Lecarde liés à Alucard ? Pourquoi pas...Mais tout cela restera de l'ordre de la théorie car rien à aucun moment n'est clairement dit, permettant de répondre de façon argumentée et catégorique. De toi à moi, Alucard est déjà relié aux Belmont au niveau de la paternité, car l'épisode Legends (historiquement l'épisode fondateur des premiers Castlevania) explique de façon très claire que Sonia et lui avaient une relation, comme par hasard celle-ci met au monde un bébé juste après sa victoire sur Dracula. Gageons que la graine soit déjà plantée lorsqu'elle a sauvé le monde Wink

Donc Alucard lié aux Belmont puis aux Lecarde ? Bof, tout est toujours possible mais sans preuves j'accroche pas à cette hypothèse. Et puis les Lecarde, Belnades, Fernades, Schneider, Renard, Morris,...ce sont tous des chasseurs de vampire, point. Faudrait les laisser tranquille sans vouloir à tout prix chercher à les faire relier entre eux, ou avec les Belmont. IGA a voulu faire ça avec POR et ça donne selon moi un scénar catastrophique.

- Pour Drolta, mouais, on peut pas vraiment dire si c'est elle ou la Mort qu'on affronte à la fin du jeu. Peu importe, à vrai dire. Par ailleurs, as-tu suivi mon conseil et terminé le jeu en Expert avec les 2 personnages ? On a vraiment une bonne surprise à la fin du jeu quand on parvient à accomplir cet exploit (parce qu'il faut le dire, ce jeu est vraiment difficile à terminer ! autrement plus dur qu'un The Adventure par exemple, et on peut dire par rapport à un SCIV que ce dernier est l'enfance de l'art en comparaison !)

- sur le fait que nos 2 héros poursuivent leurs ennemis à travers l'Europe : on parle d'un JEU. S'il devait se terminer dès le 1er Stage parce qu'ils trouvent Dracula et le tuent, ce serait un peu con, non ? Tout le monde gueulerait au scandale en demandant d'être remboursé ! C'est valable pour tous les jeux, si le Boss final (Bowser, Zeus, Dr Robotnik, Dr Wily, etc etc) se trouvait à la fin du premier Stage, on se trouverait bien con devant le générique de fin à peine le jeu démarré.

Franchement faut pas chercher midi à quatorze heure scénaristiquement parlant, faut juste prendre les choses comme elles viennent sans chercher à tout prix une justification sur l'histoire expliquant ceci ou celà, c'est comme ça qu'on s'embarque dans des théories farfelues au possible donnant des scénar' pathétiques, comme pour tous les jeux d'IGA.

On a un vampire à fouetter, on affronte tous ses lieutenants avant de s'occuper de son cas, point ! C'est comme ça dans tous les jeux vidéos, je ne sais pas pourquoi dans Castlevania il faut toujours que les fans aillent chercher des explications à dormir debout. Faut lire des bons romans si vous voulez que tout soit bien ficelé ! Un jeu vidéo n'est pas une intrigue policière où il faut enquêter, c'est un logiciel sur lequel on saute et on tape les ennemis, point barre quoi !

Je ne le dis pas que pour toi, mais à tous ces gens qui perdent complètement le JEU de vue pour ne parler que de l'histoire, comme si c'était ça qui était marquant quand on était plongé dans un jeu d'action 2D.

- Faille spatio temporelle à la Judgment ? Mouais, on va s'arrêter là quoi^^ Laissons cette magnifique oeuvre là où elle est, avant qu'on ne se flingue tous collectivement.

Twisted Evil


Plus qu'un mot pour conclure : j'ai hâte de lire ton article !
Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ledenezvert
Neophyte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 39
Emploi : Enseignant
Loisirs : Castlevania bien sûr !
Date d'inscription : 07/05/2014

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Lun 13 Oct - 21:26

Polop !!

S.A.S back from his grave a écrit:
Parle du jeu et de tes impressions en ayant joué.
C'est vraiment (et surtout) ça l'important.

Pour moi un jeu est un ensemble : la cohérence (scénaristique) est une composante importante de cet ensemble. J'ai déjà une idée assez arrêtée pour la partie "technique" Wink

S.A.S back from his grave a écrit:
Toutes les considérations scénaristiques sont à prendre avec plus de légèreté, à mon sens. Nous sommes dans un jeu qui présente des éléments fantastiques, qu'il ne faut pas vraiment prendre au pied de la lettre. Pour rappel, des chasseurs de vampire et Dracula, ça n'existe pas, hein^^

Fantastique ne doit pas rimer avec incohérence simplement parce que cela n'existe pas réellement. Au vu des efforts déployés ici au niveau scénaristique pour donner justement de la cohérence au jeu par rapport aux autres Castlevania avant lui, je crois au contraire que mes interrogations sont vraiment légitimes, bien que le côté vraiment arcade de The New Generation atténue ce besoin de combler tous les vides et approximations du scénario, je te le concède. Ceci dit, aucun autre épisode avant lui ne m'a semblé aussi imprécis alors que la licence n'est pourtant pas réputée pour la profondeur de son scénario... Et j'ai bien l'impression que ce n'est pas vraiment le fait que ce soit un gaiden qui soit en cause ici mais plutôt la manière dont le jeu a été travaillé et retravaillé (il devait sortir en 1993 à la base).

S.A.S back from his grave a écrit:
Sinon de façon plus terre à terre, ce que je crois :

- tu as raison c'est bien Simon et Sypha, il n'y a aucun doute là-dessus. Même s'il ne s'agit pas d'une Belmont à proprement parler, je ne vois aucune erreur d'ailleurs dans le film qui est présenté au début : on peut deviner que Sypha s'est accouplée à Trevor à la fin de Dracula's Curse, donc qu'elle a mis au monde avec lui une progéniture appelée à combattre Dracula comme le dit le message. Elle n'est donc certes pas née Belmont, mais est devenue Belmont "par alliance".

Tu veux dire Trevor et non Simon je pense, non ? Autrement on nage en plein anachronisme !

S.A.S back from his grave a écrit:
- Simon et Sypha sont bien des ancêtres de John Morris. Pas d'une branche ou d'une famille cousine, mais de John Morris. En effet, ce personnage est décrit comme le descendant des Belmont. On s'en fout de ce que Portrait of Ruins a inventé après sur les Morris et les Belmont et toutes ces conneries. C'était inventé 12 ans plus tard et ce n'est pas à prendre pour argent comptant dans ce jeu.

Je ne mentionnais pas cette filiation directe entre Belmont et Morris à la base mais c'est bien ce qui est dit dans le jeu en effet. Si je suis d'accord avec toi quant à ne pas vouloir absolument vouloir/pouvoir connecter tous les points avec Portrait of Ruin, la mise en parallèle des deux épisodes reste intéressante, que ce soit pour pointer du doigt les qualités et défauts de l'un comme de l'autre par exemple. Enfin un descendant des Belmont d'origine texane, c'est plutôt original comme idée, même si là l'erreur a été pour moi de vouloir lier la licence avec le roman de Stoker alors que jusqu'ici la mythologie de Castlevania telle qu'elle était développée se suffisait à elle-même sans nécessité de lui trouver une légitimité littéraire...

S.A.S back from his grave a écrit:
- Les Lecarde liés à Alucard ? Pourquoi pas...Mais tout cela restera de l'ordre de la théorie car rien à aucun moment n'est clairement dit, permettant de répondre de façon argumentée et catégorique. De toi à moi, Alucard est déjà relié aux Belmont au niveau de la paternité, car l'épisode Legends (historiquement l'épisode fondateur des premiers Castlevania) explique de façon très claire que Sonia et lui avaient une relation, comme par hasard celle-ci met au monde un bébé juste après sa victoire sur Dracula. Gageons que la graine soit déjà plantée lorsqu'elle a sauvé le monde Wink

On est bien d'accord : ce n'est que pure spéculation de ma part. Je préfère évidemment m'appuyer sur ce qui est dit dans les jeux en premier lieu et dans les notices ensuite. Du concret, du vrai ! Mais contrairement à une Sypha Belnades ou un Grant Danasty par exemple, le background d'Eric Lecarde n'est guère développé et tombe un peu comme un cheveu sur la soupe ici, juste pour être une alternative (de gameplay) à John Morris en fait (encore le côté arcade du jeu qui ressort^^). Et qu'est-ce que son accoutrement fait tâche par rapport à l'année où est censée se dérouler le jeu au passage scratch !! J'ai l'impression de voir un guerrier antique alors que le jeu stipule bien que l'action se déroule en 1917 !

S.A.S back from his grave a écrit:
Donc Alucard lié aux Belmont puis aux Lecarde ? Bof, tout est toujours possible mais sans preuves j'accroche pas à cette hypothèse. Et puis les Lecarde, Belnades, Fernades, Schneider, Renard, Morris,...ce sont tous des chasseurs de vampire, point. Faudrait les laisser tranquille sans vouloir à tout prix chercher à les faire relier entre eux, ou avec les Belmont. IGA a voulu faire ça avec POR et ça donne selon moi un scénar catastrophique.

A mon sens, ce n'est justement pas innocent si ce sont les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula. Ce ne sont pas des chasseurs de vampires comme les autres ; alors que certains soient des sidekicks / alliés / faire-valoir / alternatives aux Belmont / ou que sais-je encore, pas de souci là-dessus mais la notion de Destin est tellement importante dans la licence que les personnages ne peuvent pas être là par un simple hasard, juste pour purement servir le côté ludique du jeu. Et encore, je ne te parle pas de mes interrogations sur le sens (caché ?) du titre original Vampire Killer What a Face

S.A.S back from his grave a écrit:
- Pour Drolta, mouais, on peut pas vraiment dire si c'est elle ou la Mort qu'on affronte à la fin du jeu. Peu importe, à vrai dire. Par ailleurs, as-tu suivi mon conseil et terminé le jeu en Expert avec les 2 personnages ? On a vraiment une bonne surprise à la fin du jeu quand on parvient à accomplir cet exploit (parce qu'il faut le dire, ce jeu est vraiment difficile à terminer ! autrement plus dur qu'un The Adventure par exemple, et on peut dire par rapport à un SCIV que ce dernier est l'enfance de l'art en comparaison !)

Pour la deuxième forme de Dracula, je penche davantage pour Drolta que la Mort pour les raisons évoquées + haut, d'autant + que la Mort a été vaincue peu avant et qu'elle n'avait absolument pas cette apparence et encore moins cette arme ! Après c'est peut-être bien tout simplement le Comte lui-même (sous une forme de sorcier tel que le scénario de Dracula's Curse le présente à la base) mais je ne trouve pas cette forme anodine pour ma part...

Pour le mode expert, je n'ai pas encore eu le temps de vraiment m'y atteler correctement (trop de choses à faire à côté, que ce soit pour le boulot ou pour mon site) mais je vais y arriver, à n'en point douter ! Et je connais déjà les surprises de fin, tu ne m'apprends rien là-dessus, même si entre nous elles n'ont rien de bien transcendantes au vu des efforts à fournir en contrepartie Rolling Eyes

S.A.S back from his grave a écrit:
- sur le fait que nos 2 héros poursuivent leurs ennemis à travers l'Europe : on parle d'un JEU. S'il devait se terminer dès le 1er Stage parce qu'ils trouvent Dracula et le tuent, ce serait un peu con, non ? Tout le monde gueulerait au scandale en demandant d'être remboursé ! C'est valable pour tous les jeux, si le Boss final (Bowser, Zeus, Dr Robotnik, Dr Wily, etc etc) se trouvait à la fin du premier Stage, on se trouverait bien con devant le générique de fin à peine le jeu démarré.

Ah mais le fait de devoir traverser l'Europe en partant des ruines de Castlevania est très bien vu et permet entre autres de changer le lieu de l'action à chaque niveau, je ne remet absolument pas ça en cause ! Je m'interroge seulement sur ce qui provoque la résurrection de Dracula à la fin : Elizabeth Bartley (aidée de Drolta ou non) qui devance John et Eric à chaque fois, ou bien les 2 héros eux-mêmes qui seraient manipulés par la Comtesse ? Encore une fois, rien n'est dit et laissé à l'appréciation du joueur mais l'idée de lignée et de Destin m'interpelle toujours, sans parler que cela pourrait bien préparer le terrain à Richter passé du côté obscur / jouet de Shaft dans Symphony of the Night quelques années + tard !

S.A.S back from his grave a écrit:
Franchement faut pas chercher midi à quatorze heure scénaristiquement parlant, faut juste prendre les choses comme elles viennent sans chercher à tout prix une justification sur l'histoire expliquant ceci ou celà, c'est comme ça qu'on s'embarque dans des théories farfelues au possible donnant des scénar' pathétiques, comme pour tous les jeux d'IGA.

On a un vampire à fouetter, on affronte tous ses lieutenants avant de s'occuper de son cas, point ! C'est comme ça dans tous les jeux vidéos, je ne sais pas pourquoi dans Castlevania il faut toujours que les fans aillent chercher des explications à dormir debout. Faut lire des bons romans si vous voulez que tout soit bien ficelé ! Un jeu vidéo n'est pas une intrigue policière où il faut enquêter, c'est un logiciel sur lequel on saute et on tape les ennemis, point barre quoi !

Je ne le dis pas que pour toi, mais à tous ces gens qui perdent complètement le JEU de vue pour ne parler que de l'histoire, comme si c'était ça qui était marquant quand on était plongé dans un jeu d'action 2D.

Je ne pense pas perdre de côté le jeu à proprement parler si cela peut te rassurer mais c'est vraiment une histoire de cohérence. Certes le scénario n'est guère crucial pour apprécier le jeu tel quel ici (c'est-à-dire le genre action/plate-forme) mais Castlevania est pour moi une question d'ambiance et donc d'immersion, le gameplay (aussi bon soit-il) ne fait pas tout dans un jeu, et je ne crois pas que la licence serait ce qu'elle est aujourd'hui sans cette immersion dans l'horreur et le fantastique ! C'est bien ce qui démarque Castlevania de toute autre franchise vidéoludique selon moi et la rend unique...

S.A.S back from his grave a écrit:
- Faille spatio temporelle à la Judgment ? Mouais, on va s'arrêter là quoi^^ Laissons cette magnifique oeuvre là où elle est, avant qu'on ne se flingue tous collectivement.

Twisted Evil

T'as dû me lire trop vite, je plaisantais simplement sur le non-sens de la phrase d'introduction Basketball


S.A.S back from his grave a écrit:
Plus qu'un mot pour conclure : j'ai hâte de lire ton article !
Smile

Je n'ai encore rien écrit sur le jeu, il me faut davantage de temps pour que tout soit bien mûr dans ma tête avant de me lancer dans une analyse, je n'écris JAMAIS à chaud, c'est le meilleur moyen d'écrire des bêtises, surtout que je sais qu'on m'attend au tournant geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://castlevania.retrogaming.fr
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Mar 14 Oct - 1:28

ledenezvert a écrit:

S.A.S back from his grave a écrit:
Sinon de façon plus terre à terre, ce que je crois :
- tu as raison c'est bien Simon et Sypha, il n'y a aucun doute là-dessus. Même s'il ne s'agit pas d'une Belmont à proprement parler, je ne vois aucune erreur d'ailleurs dans le film qui est présenté au début : on peut deviner que Sypha s'est accouplée à Trevor à la fin de Dracula's Curse, donc qu'elle a mis au monde avec lui une progéniture appelée à combattre Dracula comme le dit le message. Elle n'est donc certes pas née Belmont, mais est devenue Belmont "par alliance".

Tu veux dire Trevor et non Simon je pense, non ? Autrement on nage en plein anachronisme !

Relis moi stp, je n'ai pas dit de bêtises. Sur l'image de l'introduction, c'est bien Simon qu'on voit. Que ce soit Sypha ou Simon, les deux personnages sont des ancêtres de John Morris, et les deux personnages ont affronté Dracula (même si leurs deux histoires sont séparées par plusieurs siècles).


ledenezvert a écrit:
Ceci dit, aucun autre épisode avant lui ne m'a semblé aussi imprécis alors que la licence n'est pourtant pas réputée pour la profondeur de son scénario... Et j'ai bien l'impression que ce n'est pas vraiment le fait que ce soit un gaiden qui soit en cause ici mais plutôt la manière dont le jeu a été travaillé et retravaillé (il devait sortir en 1993 à la base).

Le scénario n'est ni précis, ni imprécis. Je trouve que tu as plutôt tendance à te poser pas mal de questions sans grand intérêt. Genre, pourquoi les 2 héros courent-ils à travers l'Europe pour vaincre Dracula...est-ce par ce qu'ils sont manipulés par la Comtesse, ou par Drolta, ou par Dracula lui-même....mais franchement qu'est ce qu'on s'en fout ? On a un jeu à jouer, qui est superbe et plutôt original pour un Castlevania : que ce soient par les lieux visités mais aussi par son ambiance et son gameplay plein de petites trouvailles (ne serait-ce que les 2 persos jouables, évidemment). C'est ça qui compte selon moi. Pas d'essayer de combler les vides scénaristiques laissés par une histoire aussi épaisse qu'une feuille de papier à cigare.

Ah, et chose très importante : ce jeu n'est PAS un gaiden. C'est un Castlevania comme un autre, qui fait partie de la première série avant qu'IGA ne soit venu faire son reboot. Eh oui, il y a eu un reboot avant LOS, et c'est sous IGA qu'il a eu lieu. Bizarrement, les gens ne le voient jamais comme ça (ou pas souvent) et préfèrent critiquer le reboot qu'a opéré LOS, plutôt que celui initié par Koji Igarashi, mais bon, c'est pas grave après tout^^.


ledenezvert a écrit:
(il devait sortir en 1993 à la base).

Tout à fait, tu es très bien renseigné. Cet élément a été porté à ta connaissance de quelle manière ?


ledenezvert a écrit:
Je ne mentionnais pas cette filiation directe entre Belmont et Morris à la base mais c'est bien ce qui est dit dans le jeu en effet. Si je suis d'accord avec toi quant à ne pas vouloir absolument vouloir/pouvoir connecter tous les points avec Portrait of Ruin, la mise en parallèle des deux épisodes reste intéressante, que ce soit pour pointer du doigt les qualités et défauts de l'un comme de l'autre par exemple.

Sauf que tu mets en parallèle 2 jeux situés dans 2 univers différents, faisant partie de 2 timeline différentes. C'est comme si tu comparais l'histoire de LOS2 à celle de The New Generation : il n'y a aucun rapport car même si les deux jeux s'appellent bien Castlevania, ils sont situés dans 2 histoires qui s'excluent l'une et l'autre avec des personnages qui ne sont pas les mêmes d'une saga à l'autre.

Attention, je ne dis pas qu'il n'est pas fait mention de John Morris dans POR : il y est bien sûr. De même, Eric Lecarde est dans le jeu. Mais ce ne sont pas les MEMES Eric Lecarde et John Morris que ceux de The New Generation.

Par exemple, dans LOS, on entends souvent parler de Gandolfi, de Walter Bernhard, etc etc... Mais ce ne sont pas les mêmes personnages que ceux qui ont été inventés par IGA. De même, on retrouve bien Vincent Dorin, Olrox ou Brauner (pour ne citer qu'eux) mais ils n'ont rien à voir avec les personnages des séries précédentes, Brauner est un lieutenant vampire sanguinaire qui n'est pas du tout son homonyme peintre de POR. Et puis, évidemment, Alucard n'est pas du tout Trevor dans la série originelle, puisqu'ils se battaient côte à côte dans cette timeline.

Ainsi, il faut bien distinguer les 3 époques distinctes dans la généalogie de Castlevania :
- la série originelle (appelée parfois ClassicVania mais j'ai horreur de ce terme)
- la série sous l'ère d'IGA (où Leon Belmont a été le premier homme à défier le Mal)
- la série sous l'ère de COX (où Dracula n'est autre que Gabriel Belmont)

Ainsi, IGA s'est inspiré des personnages de ce jeu et du contexte de Guerre Mondiale pour établir le background de POR, mais il a tellement brodé et inventé de trucs farfelus (filles d'Eric, invocation de pouvoir pour les Belmont, assassinat d'Eric, fouet qui s'est stupidement transformé en un Tueur de vampire de chasseurs de vampires, etc etc...). Il a même été à réinventer l'histoire de The New Generation (comme s'il en avait le droit !) en disant finalement que les Morris ne sont pas des Belmont mais "une famille cousine, éloignée". C'est c'là oui.

La liste des débilités inventées serait trop longue à citer (enfin, ce sont des débilités pour moi mais je te laisse le soin d'aimer le scénario de ce soft si tel est le cas)


ledenezvert a écrit:


S.A.S back from his grave a écrit:
Donc Alucard lié aux Belmont puis aux Lecarde ? Bof, tout est toujours possible mais sans preuves j'accroche pas à cette hypothèse. Et puis les Lecarde, Belnades, Fernades, Schneider, Renard, Morris,...ce sont tous des chasseurs de vampire, point. Faudrait les laisser tranquille sans vouloir à tout prix chercher à les faire relier entre eux, ou avec les Belmont. IGA a voulu faire ça avec POR et ça donne selon moi un scénar catastrophique.

A mon sens, ce n'est justement pas innocent si ce sont les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula. Ce ne sont pas des chasseurs de vampires comme les autres

Ben non justement. Il n'y a pas que "les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula", c'est justement là l'erreur que tu commets !
Dans LOD, c'est Cornel qui part au combat.
Dans sa suite directe, Carrie Fernandes s'y colle ! (accompagnée de Schneider qui est un Belmont, donc ça ne compte pas^^).
Dans Dracula's Curse, Sypha, Grant et Alucard partent au combat.
Dans COTM, c'est Nathan Graves qui arrive à vaincre Dracula.
Dans SOTN, c'est Alucard et Alucard seul qui parvient à vaincre son père.
Dans ce jeu, Eric Lecarde part au combat (avec John Morris mais c'est un Belmont donc ça ne compte pas^^)

Je ne vais pas tous les faire hein, simplement tu auras compris que dire :

ledenezvert a écrit:
A mon sens, ce n'est justement pas innocent si ce sont les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula
--> C'est juste faux.
Tiens pour la série d'IGA, j'ai même oublié de rajouter les clans Morris et Aulin, tout autant capables de renvoyer Dracula d'où il vient (alors que ce ne sont pas des Belmont).


ledenezvert a écrit:
l'idée de lignée et de Destin m'interpelle toujours, sans parler que cela pourrait bien préparer le terrain à Richter passé du côté obscur / jouet de Shaft dans Symphony of the Night quelques années + tard !
C'est ce que je dis, je trouve que tu vas toujours beaucoup trop loin dans ce que tu t'imagines ! Tu es passionné, mais au lieu de te contenter d'être un historien de la série, te basant uniquement sur les faits, tu projettes toute sorte de fantasmes sur cette série que tu adores. Après tout, tu fais comme tu veux ma poule ! Mais si chacun s'amuse à faire ça, on va complètement dénaturer la réalité. L'imagination c'est bien, le respect de l'oeuvre originale c'est encore mieux.

Pour en revenir à Richter, tu m'as déjà soutenu qu'il était le Belmont le plus puissant selon toi...tu ne vois pas pourtant là un grand paradoxe ? Il serait le plus puissant, mais pourtant il n'a pas su résister à l'emprise de Shaft, et a succombé aux ténèbres. N'est ce pas justement là la preuve (s'il en fallait) que c'est un Belmont comme les autres, voir même...inférieur à ses glorieux ancêtres ?

Je t'explique. Si tu dis qu'il est si fort (voire carrément le plus puissant) c'est parce que tu l'aimes bien. Or, pourquoi aimes-tu ce personnage ? Parce que c'est le Belmont mis en avant dans Chi no Rondo, ainsi que dans Symphony of the Night. Et bien entendu, que sont ces 2 jeux pour toi ? Sûrement tes préférés (ou parmi tes préférés !). C'est pour ça que je dis que tu as tort quand tu t'embarques dans des inventions / spéculations compliquées. Parce qu'ensuite ton propre ressenti, ton propre sentiment se retrouve exposé par écrit comme si c'était une information qu'on pourrait tenir pour acquise.

Exactement tous les défauts que je reproche au Manuscrit de Pix'n Love. Bien entendu, on est des humains pas des robots, mais à mon sens tu rendrais le meilleur des services à la série si tu restais factuel un maximum plutôt que d'essayer de combler tous les vides des scénarios des jeux, qui je le répète : ne sont qu'une fiction (et loin d'être cohérente qui plus est).

Là n'est pas l'important, ni dans ce jeu ni dans les autres.
Qu'on nous sorte un Castlevania RPG et je ne tiendrais pas le même discours. Parce qu'un RPG est un jeu où le scénario EST le jeu, où le scénario EST vital à la progression du personnage et dans l'envie de se farcir une quête longue de 80 heures.

Un jeu d'arcade, chercher le scénario ? Mouais, c'est comme se demander pourquoi Bowser est méchant ou pourquoi Peach aime le rose = on s'en bat les steaks ! Pourquoi Kratos préfère rester torse à poil alors que tous les autres héros et dieux grecs portent un toge ? On s'en bats le coquillard ! Là n'est pas l'important. L'important c'est si le jeu est bon, s'il est jouable, s'il est dur, s'il est intéressant, s'il a une bonne replay value, bref : savoir s'il vaut le coup ou s'il est raté.

Tout le reste autour, les histoires de scénarios, les histoires de character design etc etc = ce n'est que de l'enrobage, un simple prétexte à nous balancer un jeu d'action / plateforme où on doit fighter toute sorte de monstres plus ou moins fantastiques. En plus, comme tu le dis le jeu qui t'intéresse aujourd'hui est un pur jeu d'arcade (avec une légère partie aventure du fait des multiples embranchements) mais c'est tout !

Tartiner autant de pages sur ce sujet, c'est justement (à mon sens) passer à côté du sujet. Bien sûr, tu es en désaccord et c'est ton droit le plus absolu, mais faut bien se dire que Super Mario Bros s'est vendu à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires, ce n'est pas grâce à son scénario hyper développé. Pareil pour les Sonic, les Street Fighter, les Tetris, etc etc...bref, les jeux de l'époque de The New Generation.


ledenezvert a écrit:
Et encore, je ne te parle pas de mes interrogations sur le sens (caché ?) du titre original Vampire Killer

Ca c'est facile. Le titre original de Vampire Killer est pour moi un simple hommage au nom de l'arme du héros, qui POUR LA PREMIERE FOIS DEPUIS LA CREATION DE LA SERIE est nommée ainsi. A de rares exceptions près, on le connaissait auparavant sous le nom de Mystic Whip.

Par contre, IGA a décidé qu'à partir de lui aux manettes, l'arme principale des héros deviendrait un fouet unique, une arme absolue chassant le mal et nommée le Vampire Killer. C'est totalement en contradiction avec les Castlevania originaux, où les héros utilisaient de multiples fouets...mais cela c'est bien connu, je l'ai déjà dit très souvent et j'ai donné tous les arguments nécessaire, je pense donc qu'il n'est pas la peine de revenir là-dessus une énième fois^^

Sinon ledenezvert j'aime bien que tu évoques ce titre original de Vampire Killer, car dans tes messages précédents tu as toujours eu tendance à écrire Bloodlines / The New Generation en oubliant que son titre original était quand même Vampire Killer. C'est rare qu'un Castlevania porte 3 noms sur les 3 continents majeurs où sont commercialisés les jeux, mais c'est pourtant bien le cas avec cet épisode ! (je dis plus souvent TNG pour ma part mais c'est simplement parce que je suis un Européen...les Américains l'appellent tout le temps Bloodlines, et c'est finalement très logique tout ça^^)


ledenezvert a écrit:
l'idée de lignée et de Destin m'interpelle toujours, sans parler que cela pourrait bien préparer le terrain à Richter passé du côté obscur / jouet de Shaft dans Symphony of the Night quelques années + tard !

Techniquement, c'est plutôt quelques années plus tôt que Shaft a réussi à manipuler Richter (qui est comme tu le sais un ancêtre de John Morris et pas l'inverse).

Si tu parles par rapport à la sortie plus tardive de SOTN, certes, mais là encore rien de neuf sous le soleil. De tout temps et de toute génération de Castlevania (ère originelle, ère IGA, ère COX) on a toujours vu des héros et pas des moindres appelés à rejoindre le côté obscur.

Ere originelle
Soleil / Soleiyu Belmont dans Belmont's Revenge se fait manipuler par Dracula et devient un démon.
Richter rejoint les armées maléfiques et prend même le contrôle du Château sous l'emprise de Shaft.
Hugh n'arrive pas à lutter contre son orgueil et se manipuler par Carmilla pour affronter son rival

Ere IGA
Maxim affronte son ami Juste, car manipulé par l'esprit du Comte Dracula
Soma qui se révèle carrément être Dracula en personne.
Idem dans DOS où il y a même un mode où le héros se révèle être le Boss final.

Ere COX
Y a t-il vraiment besoin de préciser quel sera le destin du premier Belmont de cette saga...

Bref, je ne t'apprends rien en disant tout ça car tu es toi aussi un grand connaisseur de cette saga, cependant retire toi cette idée qu'il n'y a que Richter qui ait oeuvré contre les forces du bien. Cette idée du héros attiré par le mal (tel Anakin dans Star Wars) elle est vieille comme le monde, elle est archi usée et convenue, loin de faire original, on pourrait juste se dire : "encore ce procédé scénaristique ? ils n'ont rien trouvé de moins banal" ?

Eh oui, y'a pas d'histoire de Destin derrière les Belmont qui les guiderait leurs pas vers le bien ou le mal, désolé de casser le mythe mais y'a juste des scénarios très kitsch et culcul la praline qui ont été écrits entre 2 portes pour poser le cadre de pourquoi on saute sur des plateforme et pourquoi on tape du monstre.

Désolé de casser les fantasmes mais ça s'arrête là quoi.
L'intérêt est AILLEURS. Pas dans le scénario, mais dans l'excellence de son gameplay, de son habillage graphique et musical, dans la variété proposée d'un épisode à l'autre, ainsi que dans le challenge offert au joueur (un véritable défi pour le jeu dont on parle ici).

D'ailleurs, pourquoi est-on encore à parler de détails n'ayant aucune espèce d'importance ?

L'important pour toi est maintenant d'aller finir le mode Expert, il n'y a que ça de vrai et qui vaille le coup !!!! Savoir si Drolta chausse du 38 ou du 39 ou si la Comtesse arrive à manipuler nos héros et que c'est pour ça qu'ils visitent plein d'endroits en Europe avant de tomber sur son Château, c'est d'une infinie inutilité à mon sens.

ledenezvert a écrit:
Et je connais déjà les surprises de fin, tu ne m'apprends rien là-dessus, même si entre nous elles n'ont rien de bien transcendantes au vu des efforts à fournir en contrepartie

Je n'ai pas la prétention de t'apprendre quoique ce soit. Je sais bien que l'on est à l'ère d'Internet, et que les gens commencent un jeu en allant voir quels cheats codes ils vont pouvoir utiliser et après s'être passé la fin sur YouTube. Philosophiquement, je me dis : quel est l'intérêt ? Faire un jeu alors qu'on l'a complètement rincé sur le net avant de s'y mettre, finalement il n'y a plus aucune surprise ni défi.

Par exemple, avec le dernier Castlevania sorti (LOS2), les 6 derniers mois avant sa sortie je me suis totalement refusé à voir des screenshots ou à mater des trailers, bande annonce ou autre scène de gameplay qui auraient fuité. La première cinématique montrée il y a longtemps de ça m'avait épaté, je me la suis repassée jusqu'au jour de la sortie du jeu, mais tout le reste je l'ai découvert. Victor Belmont, la présence de Trevor enfant et tout ça, je l'ai découvert dans le jeu et pas en trichant à regarder des vidéos à l'avance. Et j'en ai tiré une bien plus grande satisfaction que la plupart des gens, apparemment (qui s'était tous archi-bourré le mou en pensant à toutes sortes de théories fumeuses avant la sortie de LOS2).

Mais je sais, je suis un vieux con qui ne vit pas comme le fait la génération actuelle.

N'empêche que si tu as déjà visionné les scènes supplémentaires montrées à la fin du mode Expert, je comprends parfaitement que maintenant tu cherches davantage à parler de détails comme du scénario plutôt que du jeu en lui-même. Même si j'essaye de répondre à tes questions sur le scénar le plus honnêtement que je puisse faire, je préfèrerais 100 fois que tu me dises : S.A.S., j'ai besoin de vies supplémentaires, où as-tu réussi à en trouver dans les Stage ? Ou bien : eh les gens, je suis bloqué au Boss de l'Allemagne en mode Expert, comment faites vous pour le battre car je ne trouve aucune stratégie qui marche ?

Ca personnellement ça m'intéresserait bien plus que savoir si Drolta aime les frites et savoir si c'est sa jumelle ou la Mort qu'on affronte avant le Comte. Voilà voilà quoi^^


ledenezvert a écrit:
Certes le scénario n'est guère crucial pour apprécier le jeu tel quel ici (c'est-à-dire le genre action/plate-forme) mais Castlevania est pour moi une question d'ambiance et donc d'immersion, le gameplay (aussi bon soit-il) ne fait pas tout dans un jeu, et je ne crois pas que la licence serait ce qu'elle est aujourd'hui sans cette immersion dans l'horreur et le fantastique ! C'est bien ce qui démarque Castlevania de toute autre franchise vidéoludique selon moi et la rend unique...

Alors là je dis oui, mille fois oui !
Bien d'accord avec toi que l'ambiance d'un jeu est importante. L'immersion dans un monde à part, avec sa lune cachée derrière les nuages, l'ambiance parodiant l'horreur en partant seul à l'assaut d'un Château maléfique, bien entendu que se sont des composantes très importantes de pourquoi j'aime (et pourquoi ici nous aimons tous) Castlevania !!!

Mais derrière ambiance et immersion, faut pas mettre un scénar' à deux balles rédigé à la hâte pour donner un prétexte au cadre du jeu. Faut plutôt parler des thèmes musicaux, de l'ambiance graphique (palette de couleurs, détails graphiques de l'arrière plan, etc etc) et de la mise en scène extrêmement soignée des jeux auxquels on joue !

Par exemple, la première fois que j'ai vaincu les 3 gardes du corps de Dracula dans Super Castlevania IV, j'ai été assez impressionné ! La mise en scène musicale, avec ce thème lancinant qui se met en marche après avoir battu la Mort, les flammes qui s'allument sur notre passage quand d'un pas peu rassuré on se rend vers la chambre du Comte où aura lieu (on le sait, on le sent, on le devine^^) le combat final, ça c'est géant !!!!

Même dans un jeu Game Boy comme The Adventure, on ressent cette même pression au fur et à mesure de notre progression dans le Stage final. Quand on rencontre un Gobanz (premier Boss) qui garde la porte du Château, passe encore. Mais quand on doit en affronter plusieurs à la suite dans le dernier couloir (le couloir de la mort), lieu magnifiquement décoré de briques et lustres luxueux, là on sent bien par de simples détails graphiques et la montée en pression qu'on arrive proche du but, que notre quête touche à sa fin, et que Dracula n'est plus très loin ! (en plus, si on recule trop, les Gobanz reviennent à nouveau, ce qui en fait un endroit très compliqué à passer si on est équipé d'un simple fouet).

De même dans sa suite directe Belmont's Revenge, lorsque l'on franchit ce qui s'avèrera être la dernière porte, on sent qu'il va se passer quelque chose. Parce que le bruitage et l'animation lorsqu'on la passe n'est pas le même. On se retrouve alors dans un couloir cossu, avec toujours ces énormes lustres qu'on ne croisait pas avant dans le Château, ces peintures en arrière plan et tout le décorum d'un Boss. Et que dire de la musique...mais la musique bon sang ! Feutrée, mystérieuse, ils ont réussi à créer un thème angoissant alors que dans tout le jeu on n'entends ce thème que quelques secondes à peine (Soleiyu's Room) ! Bref, la magie opère et même si on n'a pas de grandes séquences chie-nématiques, on se prend au jeu sans problème !

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas besoin d'avoir de jolis scénarios, bien ficelés et avec plein de personnages secondaires pour qu'un jeu soit énorme à jouer. Ce sont par des éléments simples que Castlevania est une série qui arrive à nous marquer au fer rouge, pas par des pirouettes scénaristiques absurdes et répétitives !!! Parce qu'il s'agit d'un jeu, pas un roman ni un film policier ! Sur la question de l'ambiance, celle-ci contribue à faire d'un jeu un bon soft ou pas, donc oui cela joue sur l'immersion et donc sur le plaisir du joueur...mais le scénario d'un jeu de plateforme ou d'arcade, c'est hyper superficiel et encore je pèse mes mots.

Combien de fois a t-on du aller sauver une princesse dans un jeu vidéo ? Combien de fois a t-on du vaincre un grand méchant qui voulait conquérir la terre ? Des centaines de fois ? Des milliers de fois ? Est-ce que ça veut dire que ces jeux au scénario ridicule et/ou copié collés sont tous mauvais car ils n'ont pas de scénarios, ou des scénarios banals ? Mais non, pas du tout ! Réveillez-vous les gens ! Un jeu est bon parce qu'il est réussi, plaisant et jouable. Un bon jeu procure du PLAYER FUN, alors qu'un nanar on n'aura jamais envie d'y jouer, quand bien même il aurait le meilleur scénario de toute la galaxie !

Pas pareil avec un film. Il pourra avoir les acteurs les mieux payés du monde et 500 millions de budget, si le scénario du film est pourri et l'histoire pas intéressante ou bourrée d'incohérences, qu'est ce qu'on va retenir ? Qu'on s'est ennuyé ferme, c'est tout !

Et attention ma poule, ne t'embarque pas sur des pentus dans ta réponse, on me l'a déjà faite. Me dire que les cinématiques sont un plus, qu'elles posent l'histoire, que l'histoire est cruciale dans un jeu car c'est elle qui permet au joueur de s'impliquer dans le jeu, etc etc.... Là je te répond OK, mais c'est surtout valable pour les jeux ACTUELS. Bien sûr que maintenant ça me fait bander tout dur quand je joue à un Batman Arkham au scénario riche, complexe et plein de rebondissements. C'est clair ! Pareil avec un Metal Gear Solid 4, si l'histoire serait à chier, y aurait 50 % de l'intérêt du jeu qui s'envoleraient ! Ou même, plus proche de la saga qui nous intéresse : Lords of Shadow. S'il n'y avait pas toute la construction narrative portée par le jeu des acteurs, les nombreuses cinématiques ou cut scenes, les combats de boss avec leur mise en scène dantesque, etc etc = on s'impliquerait moins dans le jeu, afin de découvrir quel est le destin du personnage que l'on incarne.

Mais ça c'est valable parce que les graphismes ont atteint un stade de détail prodigieux, parce que les musiques deviennent des musiques de films, et que la puissance des machines qui font tourner tout cela est à des milliards d'années lumière de nos pauvres petites 8 et 16 bits adorées.

Cela fait passer le jeu dans un autre dimension, où l'on est davantage dans un film interactif qu'autre chose (regarde donc la qualité d'un God of War III, d'un Dead Space ou d'un The Last of Us...). Mais faut vivre avec son temps, et pas demander le même effort scénaristique ou d'histoire aux jeux où à l'époque, tout le monde s'en foutait !

L'erreur que tu commets à mon sens, c'est de transposer le joueur que tu es devenu - posé, curieux, exigeant, intelligent - grâce aux machines de dernières génération pour essayer d'aller plus loin dans la compréhension de scénarios d'un autre âge, une époque où les jeux narratifs représentaient environ 0,1 % de la production....il y avait Another World, et puis quoi d'autre ?

Savoir reconnaître qu'un jeu n'a pas de scénario, ou que celui-ci est totalement bidon, c'est beaucoup plus adapté à l'époque que vouloir se transformer en en*****r de mouches à se poser 36 questions dont personne n'a la réponse, pas mêmes les programmeurs de l'époque. D'ailleurs, tu peux finir les jeux sans voir une seule personne dans le Staff être chargée de l'histoire... Il y aura marqué les graphistes, les programmeurs, les compositeurs des musiques, et les remerciements. POINT !

Dernier ultime exemple...j'évoquais plus haut les Batman Arkham sur les PS360. Soit ce sont des jeux géniaux. Mais j'éprouve toujours autant de plaisir à me brancher ma NES pour une bonne vieille partie de Batman - The Video Game ou Batman Return of the Joker. Ces jeux sont 2 bombes absolues : graphismes magnifiques, musiques de Naoki Kodaka juste divines, gameplay aux petits oignons, intérêt dantesque. Ces jeux ont marqué les joueurs de l'époque, et tous s'en souviennent avec émotion.

Est-ce que je t'ai parlé du scénario ? NON !! Qu'est ce qu'on s'en fout !!! Le Joker vient sur Gotham, il veut prendre le pouvoir et Batman doit contrarier ses plans. Point ! Pas besoin de plus, il faut bien comprendre que le scénario n'est qu'un prétexte, pas une vérité établie ou obscure dont il convient d'analyser les méandres.

Le scénario de Batman Return of the Joker est encore plus loufoque et d'une certaine manière, encore pire : alors qu'on l'a tué dans le 1, le Joker ressuscite et trouve le moyen de revenir semer la panique à Gotham ! Trop bon, ce scénario ! Est-ce qu'on se dit : bah non, c'est pas possible que le Joker revienne, à mon avis c'est Alfred qui manipule Bruce Wayne et qui l'envoie dans des niveaux alors que le Joker n'y est pas, patati patata...bah non, on s'en bat les steaks ! On joue au jeu et on le savoure tellement il est divin.

Et encore, tu ne connais pas la meilleure : alors qu'on l'a bousillé des dizaines de fois dans tous les Batman sortis jusque là, toujours le même - ce fameux Joker- trouve le moyen 25 ans plus tard de revenir dans Arkham Asylum, toujours pour la même raison : nous pourrir la vie et servir de grand méchant à l'histoire ! Est-ce que les joueurs se disent alors : mais ils nous prennent un peu pour des cons là, c'est pas possible car le Joker je l'ai déjà tué 2 fois sur NES il y a 25 ans ? Non ! Parce qu'on s'en tape, il revient bah c'est pas grave on l'élimine à nouveau pis c'est tout ! En espérant qu'il revienne indéfiniment, surtout si c'est pour avoir le privilège de jouer à des jeux de cette qualité fantastique.

Comme quoi il n'y a pas besoin de s'appeler Dracula et de revenir à la vie tous les 100 ans pour venir nous hanter pendant 3 décennies de jeux vidéo....


J'ai fait un peu long mais tout ça je voulais aussi plus ou moins le dire à la suite des tests et analyses que tu as fait des premiers Castlevania sur ton site, ainsi répondre sur "The New Generation" me permet de gagner du temps. Par ailleurs, quand j'ai écrit que j'avais hâte de lire la suite, il n'y avait aucune ironie ni rien en disant ça : j'estime vraiment que tu écris très bien, ton style et propre et ça glisse facilement. C'est intéressant et c'est pour ça que je suis impatient de lire tes analyses et avis sur tous les futurs Castlevania que tu dois encore traiter.

Alors bonne continuation mec ! (il est temps que j'aille me coucher, je commence à fatiguer légèrement Wink )

++

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Mar 14 Oct - 1:48

EDIT : il y a sûrement des fautes d'orthographe, des fautes de frappe, des mots manquants etc etc.... Tu m'étonnes ! Je n'ai pas relu et ai tout écrit d'un bloc, pour te donner un retour le plus complet possible sur ton travail et exprimer clairement les divergences que j'avais avec ta vision scénaristique des choses. Ca je pense que je l'ai parfaitement fait passé, mais je veux surtout te dire bonne continuation dans ce que tu fais, car ton projet de site Castlevania c'est quand même génial, quoi.

OK ? Allez en espérant n'avoir rien oublié je te dis A+

Et vive The New Generation, un jeu juste génial - long, varié, difficile, musiques d'anthologie, boss très originaux, concept des 2 personnages jouables aux capacités et chemins différents, bref en 1 ligne c'est plutôt ça que j'ai envie de retenir du jeu.^^

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Mar 14 Oct - 11:05

Bon, ça va il n'y avait pas tant de fautes que ça.

Sinon par rapport à cette contrevérité :

ledenezvert a écrit:
A mon sens, ce n'est justement pas innocent si ce sont les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula

J'ai effectué un rapide comptage des héros mis en avant dans les jeux Castlevania/Akumajo Dracula.

Et j'arrive à un score de 11 Belmont. Pas mal ! (et conformément au scénario historique des jeux, j'ai bien intégré des personnages comme John Morris ou Reinhardt Schneider parmi les Belmont, car ils en sont descendants).

Sauf que dans le même temps, je décompte au moins 16 "Non-Belmont" à avoir défié et vaincu Dracula. Donc oui, dire que les Belmont sont en pointe par rapport aux autres clans de chasseurs de vampire, c'est pas faux. Mais dire qu'ils se dressent à chaque fois contre Dracula, c'est une grosse erreur qu'il fallait corriger.

Historiquement, ce sont les Belmont (et leurs alliés) qui affrontaient Dracula lorsqu'il se réveillait de son sommeil millénaire. C'est valable dans tous les Castlevania "originels". (appelés Classicvania). Seul Alucard s'est part 2 fois prêté au conflit.

Mais à partir de l'arrivée d'IGA à la tête de la franchise en 2001, ce ne sera plus vrai du tout. Celui-ci a préféré mettre en avant d'autres personnages "one shot" (Shanoa, Hector, Soma) ou créer d'autres clans (les Morris, les Aulin, ...) qui combattent Dracula.

Les chiffres sont tenaces et viennent bouleverser les idées reçues.

On peut résumer les choses ainsi.

Castlevania originels : de 1986 à 2001
Les Belmont et leurs alliés combattent Dracula. (7 Belmont différents sont crée - sans compter ceux qui gravitent autour dans l'histoire, comme Soleil / Soleiyu que je n'ai pas inclus parmi les héros)

Un élément incroyable peut d'ailleurs être souligné : même dans cette période, on dénombre pas moins de 7 héros ayant vaincu Dracula, mais n'étant pourtant pas des Belmont. (et encore, si on intègre Cornel (bien qu'il n'ait pas réellement battu Dracula) on arriverait au chiffre de 8 Non-Belmont.)

Je pense que personne n'avait déjà fait ce comptage précis, mais finalement on s'aperçoit que même dans la série originelle, on avait 7 Belmont et 7 Non-Belmont qui ont combattu et vaincu Dracula. Quand on connait la signification de ce chiffre, il y aurait presque de quoi devenir superstitieux !!!!!!

Donc même dans les "ClassicVania" (dont The New Generation fait partie), l'histoire de dire que c'étaient les Belmont qui combattaient Dracula n'est que très *exactement* semi-vraie.

queen


Castlevania sous IGA : de 2001 à 2010
Renversement de tendance complet, on pourrait maintenant dire : "Les clans alliés et accessoirement leurs copains Belmont combattent Dracula".

C'est d'autant plus flagrant que quand on y regarde de plus près, sous tous les Castlevania commercialisés sous son règne, on ne dénombre que 3 Belmont crée !!!! Juste, Julius et Leon ! 3 Belmont seulement en tout et pour tout, alors que qu'il était aux manettes pendant presque une décennie !!!! Ca fait en moyenne 1 Belmont crée tous les 3 ans !!!! Et je vous le rappelle, ce créateur de génie a été particulièrement prolifique, car à partir de son arrivée la série a eu droit à (minimum) un nouvel épisode chaque année. Ca nous fait combien de héros Non-Belmont tout ça ? Je vous laisse compter....mais bien plus que 3, évidemment.


Moralité : C'est impressionnant de voir à quel point notre bonhomme a chamboulé et pété tous les codes de cette série qui avait déjà 15 ans, sans que personne ne l'ait remarqué plus que ça. C'est pas qu'une histoire de "nouvelle chronologie" ou de scénarios déformés (épisodes retirés, jeux jetés aux chiens), de style de jeux propres à lui (Metroidvania) ou de jeux de baston 3D à chier. Ca va bien plus loin que ça, pour peut qu'on se donne la peine d'analyser les jeux sortis pendant la période de ce ce regretté "formidable producteur".


On s'est un peu éloignés du débat à propos de The New Generation / Bloodlines / Vampire Killer mais comme tu as dit cette contrevérité sur les Belmont, j'ai juste voulu remettre les choses à l'endroit Wink

Very Happy

[Note : évidemment, je n'ai pas intégré les jeux de l'ère LOS dans ce comptage, ni Resurrection ou OOS ça va de soit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ledenezvert
Neophyte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 39
Emploi : Enseignant
Loisirs : Castlevania bien sûr !
Date d'inscription : 07/05/2014

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Sam 18 Oct - 18:55

Polop !!

Tu m'excuseras de ne pas faire aussi long que toi ni d'aller toujours dans le détail mais c'est la seconde fois que je te réponds, une fausse manipulation de ma part m'ayant fait perdre la totalité de mes réponses que j'avais pourtant passé un petit bout de temps à te donner affraid

S.A.S back from his grave a écrit:
Relis moi stp, je n'ai pas dit de bêtises. Sur l'image de l'introduction, c'est bien Simon qu'on voit. Que ce soit Sypha ou Simon, les deux personnages sont des ancêtres de John Morris, et les deux personnages ont affronté Dracula (même si leurs deux histoires sont séparées par plusieurs siècles).

Même si cette image n'a que pour but d'illustrer la phrase d'introduction sur le destin des Belmont, ne me dis pas que tu ne trouves pas cela un peu anachronique de mettre Simon à côté de Sypha ! Autant mettre en scène tous les Belmont apparus jusque là dans la série face à Dracula, non ?

S.A.S back from his grave a écrit:
Le scénario n'est ni précis, ni imprécis. Je trouve que tu as plutôt tendance à te poser pas mal de questions sans grand intérêt. Genre, pourquoi les 2 héros courent-ils à travers l'Europe pour vaincre Dracula...est-ce par ce qu'ils sont manipulés par la Comtesse, ou par Drolta, ou par Dracula lui-même....mais franchement qu'est ce qu'on s'en fout ? On a un jeu à jouer, qui est superbe et plutôt original pour un Castlevania : que ce soient par les lieux visités mais aussi par son ambiance et son gameplay plein de petites trouvailles (ne serait-ce que les 2 persos jouables, évidemment). C'est ça qui compte selon moi. Pas d'essayer de combler les vides scénaristiques laissés par une histoire aussi épaisse qu'une feuille de papier à cigare.

Sauf que mon but est de parler de ces détails qui me chiffonnent ici, pas d'autre chose !

S.A.S back from his grave a écrit:
Ah, et chose très importante : ce jeu n'est PAS un gaiden. C'est un Castlevania comme un autre, qui fait partie de la première série avant qu'IGA ne soit venu faire son reboot. Eh oui, il y a eu un reboot avant LOS, et c'est sous IGA qu'il a eu lieu. Bizarrement, les gens ne le voient jamais comme ça (ou pas souvent) et préfèrent critiquer le reboot qu'a opéré LOS, plutôt que celui initié par Koji Igarashi, mais bon, c'est pas grave après tout^^.

Que tu le qualifies de gaiden ou non ne change pas grand chose (au passage un gaiden peut être canonique comme celui-ci). C'est un épisode différent des précédents, très orienté arcade (très probablement car la console sur laquelle le jeu tourne s'en est faite une spécialité), pas de Belmont mais un Morris et un Lecarde, course à travers l'Europe et non exploration d'un seul et unique château...

S.A.S back from his grave a écrit:
Sauf que tu mets en parallèle 2 jeux situés dans 2 univers différents, faisant partie de 2 timeline différentes. C'est comme si tu comparais l'histoire de LOS2 à celle de The New Generation : il n'y a aucun rapport car même si les deux jeux s'appellent bien Castlevania, ils sont situés dans 2 histoires qui s'excluent l'une et l'autre avec des personnages qui ne sont pas les mêmes d'une saga à l'autre.

Attention, je ne dis pas qu'il n'est pas fait mention de John Morris dans POR : il y est bien sûr. De même, Eric Lecarde est dans le jeu. Mais ce ne sont pas les MEMES Eric Lecarde et John Morris que ceux de The New Generation.

Par exemple, dans LOS, on entends souvent parler de Gandolfi, de Walter Bernhard, etc etc... Mais ce ne sont pas les mêmes personnages que ceux qui ont été inventés par IGA. De même, on retrouve bien Vincent Dorin, Olrox ou Brauner (pour ne citer qu'eux) mais ils n'ont rien à voir avec les personnages des séries précédentes, Brauner est un lieutenant vampire sanguinaire qui n'est pas du tout son homonyme peintre de POR. Et puis, évidemment, Alucard n'est pas du tout Trevor dans la série originelle, puisqu'ils se battaient côte à côte dans cette timeline.

Ainsi, il faut bien distinguer les 3 époques distinctes dans la généalogie de Castlevania :
- la série originelle (appelée parfois ClassicVania mais j'ai horreur de ce terme)
- la série sous l'ère d'IGA (où Leon Belmont a été le premier homme à défier le Mal)
- la série sous l'ère de COX (où Dracula n'est autre que Gabriel Belmont)

Ainsi, IGA s'est inspiré des personnages de ce jeu et du contexte de Guerre Mondiale pour établir le background de POR, mais il a tellement brodé et inventé de trucs farfelus (filles d'Eric, invocation de pouvoir pour les Belmont, assassinat d'Eric, fouet qui s'est stupidement transformé en un Tueur de vampire de chasseurs de vampires, etc etc...). Il a même été à réinventer l'histoire de The New Generation (comme s'il en avait le droit !) en disant finalement que les Morris ne sont pas des Belmont mais "une famille cousine, éloignée". C'est c'là oui.

La liste des débilités inventées serait trop longue à citer (enfin, ce sont des débilités pour moi mais je te laisse le soin d'aimer le scénario de ce soft si tel est le cas)

Je ne vais pas faire le procès d'IGA ici, et je conçois tout à fait les distinctions chronologiques que tu fais, mais je préfère personnellement me dépatouiller avec la chronologie officielle de Konami pour comparer justement ce qui est présenté comme "suite" à son "original" comme ici entre PoR et TNG, contrairement à LoS qui a toujours été annoncé comme un reboot (aussi la question ne se pose évidemment pas).

S.A.S back from his grave a écrit:
Ben non justement. Il n'y a pas que "les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula", c'est justement là l'erreur que tu commets !
Dans LOD, c'est Cornel qui part au combat.
Dans sa suite directe, Carrie Fernandes s'y colle ! (accompagnée de Schneider qui est un Belmont, donc ça ne compte pas^^).
Dans Dracula's Curse, Sypha, Grant et Alucard partent au combat.
Dans COTM, c'est Nathan Graves qui arrive à vaincre Dracula.
Dans SOTN, c'est Alucard et Alucard seul qui parvient à vaincre son père.
Dans ce jeu, Eric Lecarde part au combat (avec John Morris mais c'est un Belmont donc ça ne compte pas^^)

Je ne vais pas tous les faire hein, simplement tu auras compris que dire :

ledenezvert a écrit:
A mon sens, ce n'est justement pas innocent si ce sont les Belmont et personne d'autre qui se dressent à chaque fois face à Dracula
--> C'est juste faux.
Tiens pour la série d'IGA, j'ai même oublié de rajouter les clans Morris et Aulin, tout autant capables de renvoyer Dracula d'où il vient (alors que ce ne sont pas des Belmont).

OK, j'aurai dû écrire que ce sont "notamment" les Belmont qui se dressent face à Dracula. Mais, autant je ne peux te répondre pour les opus N64 comme je n'y ai pas encore touché, autant dans Dracula's Curse Grant, Sypha et Alucard sont présentés comme les alliés de Trevor même si on peut tuer Dracula avec eux, dans SotN Alucard revient lui-même au château car Richter a disparu, et il n'est dit nulle part dans TNG que John Morris est le descendant des Belmont, seule la notice établit ce lien tandis que les titres US et Européen laissent sous-entendre une éventuelle parenté (dans le jeu on parle seulement de chasseurs de vampires devant accomplir leur destinée !).

S.A.S back from his grave a écrit:
C'est ce que je dis, je trouve que tu vas toujours beaucoup trop loin dans ce que tu t'imagines ! Tu es passionné, mais au lieu de te contenter d'être un historien de la série, te basant uniquement sur les faits, tu projettes toute sorte de fantasmes sur cette série que tu adores. Après tout, tu fais comme tu veux ma poule ! Mais si chacun s'amuse à faire ça, on va complètement dénaturer la réalité. L'imagination c'est bien, le respect de l'oeuvre originale c'est encore mieux.

A partir du moment où je précise ce que disent le jeu, la notice (qui se contredisent souvent), et ce que moi ou d'autres pouvons imaginer je ne vois pas où est le problème ! Ce n'est tout de même pas de ma faute s'il y a tant d'incohérences entre les épisodes d'une même ère !

S.A.S back from his grave a écrit:
Pour en revenir à Richter, tu m'as déjà soutenu qu'il était le Belmont le plus puissant selon toi...tu ne vois pas pourtant là un grand paradoxe ? Il serait le plus puissant, mais pourtant il n'a pas su résister à l'emprise de Shaft, et a succombé aux ténèbres. N'est ce pas justement là la preuve (s'il en fallait) que c'est un Belmont comme les autres, voir même...inférieur à ses glorieux ancêtres ?

Je t'explique. Si tu dis qu'il est si fort (voire carrément le plus puissant) c'est parce que tu l'aimes bien. Or, pourquoi aimes-tu ce personnage ? Parce que c'est le Belmont mis en avant dans Chi no Rondo, ainsi que dans Symphony of the Night. Et bien entendu, que sont ces 2 jeux pour toi ? Sûrement tes préférés (ou parmi tes préférés !). C'est pour ça que je dis que tu as tort quand tu t'embarques dans des inventions / spéculations compliquées. Parce qu'ensuite ton propre ressenti, ton propre sentiment se retrouve exposé par écrit comme si c'était une information qu'on pourrait tenir pour acquise.

Je ne suis pas infaillible mais il me semble t'avoir dit que j'ai souvent lu que Richter était souvent considéré comme le Belmont le + fort pour diverses raisons (et que j'étais assez sensible à cette thèse), ce qui est différent que de te soutenir mordicus que c'était la pure vérité ! Ensuite, pour ta gouverne, bien que j'apprécie ce personnage, je lui préfère pourtant Simon Wink

S.A.S back from his grave a écrit:
Exactement tous les défauts que je reproche au Manuscrit de Pix'n Love. Bien entendu, on est des humains pas des robots, mais à mon sens tu rendrais le meilleur des services à la série si tu restais factuel un maximum plutôt que d'essayer de combler tous les vides des scénarios des jeux, qui je le répète : ne sont qu'une fiction (et loin d'être cohérente qui plus est).

Ne mélange pas tout STP, ce n'est pas parce que j'aime théoriser sur certaines choses que je renie les faits pour autant ! Encore une fois, tant que tout est annoncé clairement, il faut simplement savoir lire correctement pour ne pas se tromper entre objectivité (les faits purs et durs) et subjectivité (les théories de fans et autres spéculations).

S.A.S back from his grave a écrit:
Là n'est pas l'important, ni dans ce jeu ni dans les autres.
Qu'on nous sorte un Castlevania RPG et je ne tiendrais pas le même discours. Parce qu'un RPG est un jeu où le scénario EST le jeu, où le scénario EST vital à la progression du personnage et dans l'envie de se farcir une quête longue de 80 heures.

Un jeu d'arcade, chercher le scénario ? Mouais, c'est comme se demander pourquoi Bowser est méchant ou pourquoi Peach aime le rose = on s'en bat les steaks ! Pourquoi Kratos préfère rester torse à poil alors que tous les autres héros et dieux grecs portent un toge ? On s'en bats le coquillard ! Là n'est pas l'important. L'important c'est si le jeu est bon, s'il est jouable, s'il est dur, s'il est intéressant, s'il a une bonne replay value, bref : savoir s'il vaut le coup ou s'il est raté.

Tout le reste autour, les histoires de scénarios, les histoires de character design etc etc = ce n'est que de l'enrobage, un simple prétexte à nous balancer un jeu d'action / plateforme où on doit fighter toute sorte de monstres plus ou moins fantastiques. En plus, comme tu le dis le jeu qui t'intéresse aujourd'hui est un pur jeu d'arcade (avec une légère partie aventure du fait des multiples embranchements) mais c'est tout !

Tartiner autant de pages sur ce sujet, c'est justement (à mon sens) passer à côté du sujet. Bien sûr, tu es en désaccord et c'est ton droit le plus absolu, mais faut bien se dire que Super Mario Bros s'est vendu à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires, ce n'est pas grâce à son scénario hyper développé. Pareil pour les Sonic, les Street Fighter, les Tetris, etc etc...bref, les jeux de l'époque de The New Generation.

Comme déjà dit, je vois un jeu vidéo comme un ensemble. Mon but ici n'est pas de parler de la forme mais d'échanger sur QUELQUES détails de fond ! Contrairement aux Super Mario qui n'ont JAMAIS fait cas de la cohérence/continuité de leur univers fantaisiste et léger, ce n'est pas le cas de Castlevania, comme TNG en l'occurence, qui a toute sa place dans la lutte séculaire de mortels contre Dracula. Il y a bel et bien une volonté d'inscrire cet épisode au sein d'une chronologie, je ne l'invente pas, c'est la première chose qui est dite dans la démo introductive ! Aussi, permets-moi de m'interroger sur les regrettables oublis et/ou incohérences scénaristiques STP Wink

S.A.S back from his grave a écrit:
Ca c'est facile. Le titre original de Vampire Killer est pour moi un simple hommage au nom de l'arme du héros, qui POUR LA PREMIERE FOIS DEPUIS LA CREATION DE LA SERIE est nommée ainsi. A de rares exceptions près, on le connaissait auparavant sous le nom de Mystic Whip.

Par contre, IGA a décidé qu'à partir de lui aux manettes, l'arme principale des héros deviendrait un fouet unique, une arme absolue chassant le mal et nommée le Vampire Killer. C'est totalement en contradiction avec les Castlevania originaux, où les héros utilisaient de multiples fouets...mais cela c'est bien connu, je l'ai déjà dit très souvent et j'ai donné tous les arguments nécessaire, je pense donc qu'il n'est pas la peine de revenir là-dessus une énième fois^^

Sinon ledenezvert j'aime bien que tu évoques ce titre original de Vampire Killer, car dans tes messages précédents tu as toujours eu tendance à écrire Bloodlines / The New Generation en oubliant que son titre original était quand même Vampire Killer. C'est rare qu'un Castlevania porte 3 noms sur les 3 continents majeurs où sont commercialisés les jeux, mais c'est pourtant bien le cas avec cet épisode ! (je dis plus souvent TNG pour ma part mais c'est simplement parce que je suis un Européen...les Américains l'appellent tout le temps Bloodlines, et c'est finalement très logique tout ça^^)

Si j'accrédite ta thèse sans problème, pour moi le titre japonais est d'autant plus intriguant qu'il est bien le premier à ne pas porter le mot "Akumajo" ou "Dracula" ! Ce qui me pousse d'autant plus vers l'idée du gaiden (bien que canonique) Wink Ensuite, j'essaie autant que possible d'utiliser le titre de la version du jeu dont je parle, je n'oublie absolument pas le titre original, ne t'en fais pas là-dessus !

S.A.S back from his grave a écrit:
Techniquement, c'est plutôt quelques années plus tôt que Shaft a réussi à manipuler Richter (qui est comme tu le sais un ancêtre de John Morris et pas l'inverse).

Si tu parles par rapport à la sortie plus tardive de SOTN, certes, mais là encore rien de neuf sous le soleil.

Oui, je parlais par rapport aux dates de création/sortie des jeux pas de la chronologie narrative.

S.A.S back from his grave a écrit:
De tout temps et de toute génération de Castlevania (ère originelle, ère IGA, ère COX) on a toujours vu des héros et pas des moindres appelés à rejoindre le côté obscur.

Ere originelle
Soleil / Soleiyu Belmont dans Belmont's Revenge se fait manipuler par Dracula et devient un démon.
Richter rejoint les armées maléfiques et prend même le contrôle du Château sous l'emprise de Shaft.
Hugh n'arrive pas à lutter contre son orgueil et se manipuler par Carmilla pour affronter son rival

Ere IGA
Maxim affronte son ami Juste, car manipulé par l'esprit du Comte Dracula
Soma qui se révèle carrément être Dracula en personne.
Idem dans DOS où il y a même un mode où le héros se révèle être le Boss final.

Ere COX
Y a t-il vraiment besoin de préciser quel sera le destin du premier Belmont de cette saga...

Bref, je ne t'apprends rien en disant tout ça car tu es toi aussi un grand connaisseur de cette saga, cependant retire toi cette idée qu'il n'y a que Richter qui ait oeuvré contre les forces du bien. Cette idée du héros attiré par le mal (tel Anakin dans Star Wars) elle est vieille comme le monde, elle est archi usée et convenue, loin de faire original, on pourrait juste se dire : "encore ce procédé scénaristique ? ils n'ont rien trouvé de moins banal" ?

Eh oui, y'a pas d'histoire de Destin derrière les Belmont qui les guiderait leurs pas vers le bien ou le mal, désolé de casser le mythe mais y'a juste des scénarios très kitsch et culcul la praline qui ont été écrits entre 2 portes pour poser le cadre de pourquoi on saute sur des plateforme et pourquoi on tape du monstre.

Désolé de casser les fantasmes mais ça s'arrête là quoi.

Si le coup du héros qui devient méchant ne date pas d'hier (et est universel), ce n'est pas pour autant qu'il ne fonctionne plus et qu'il n'est pas d'un intérêt symbolique. Si ce n'est déjà fait, je t'invite à aller lire mon analyse de Chi no Rondo sur mon site pour essayer de t'en convaincre Smile

S.A.S back from his grave a écrit:
L'intérêt est AILLEURS. Pas dans le scénario, mais dans l'excellence de son gameplay, de son habillage graphique et musical, dans la variété proposée d'un épisode à l'autre, ainsi que dans le challenge offert au joueur (un véritable défi pour le jeu dont on parle ici).

D'ailleurs, pourquoi est-on encore à parler de détails n'ayant aucune espèce d'importance ?

L'important pour toi est maintenant d'aller finir le mode Expert, il n'y a que ça de vrai et qui vaille le coup !!!! Savoir si Drolta chausse du 38 ou du 39 ou si la Comtesse arrive à manipuler nos héros et que c'est pour ça qu'ils visitent plein d'endroits en Europe avant de tomber sur son Château, c'est d'une infinie inutilité à mon sens.

Je me répète encore une fois, je m'attache autant au fond qu'à la forme. Ce n'est pas parce que le jeu tient la route techniquement que je vais occulter ses carences ou défauts, là ce serait de la malhonnêteté intellectuelle et ce serait faire preuve de subjectivité !

S.A.S back from his grave a écrit:
Je n'ai pas la prétention de t'apprendre quoique ce soit. Je sais bien que l'on est à l'ère d'Internet, et que les gens commencent un jeu en allant voir quels cheats codes ils vont pouvoir utiliser et après s'être passé la fin sur YouTube. Philosophiquement, je me dis : quel est l'intérêt ? Faire un jeu alors qu'on l'a complètement rincé sur le net avant de s'y mettre, finalement il n'y a plus aucune surprise ni défi.

Par exemple, avec le dernier Castlevania sorti (LOS2), les 6 derniers mois avant sa sortie je me suis totalement refusé à voir des screenshots ou à mater des trailers, bande annonce ou autre scène de gameplay qui auraient fuité. La première cinématique montrée il y a longtemps de ça m'avait épaté, je me la suis repassée jusqu'au jour de la sortie du jeu, mais tout le reste je l'ai découvert. Victor Belmont, la présence de Trevor enfant et tout ça, je l'ai découvert dans le jeu et pas en trichant à regarder des vidéos à l'avance. Et j'en ai tiré une bien plus grande satisfaction que la plupart des gens, apparemment (qui s'était tous archi-bourré le mou en pensant à toutes sortes de théories fumeuses avant la sortie de LOS2).

Mais je sais, je suis un vieux con qui ne vit pas comme le fait la génération actuelle.

Je te rassure tu n'es pas le seul à agir de la sorte. Je me préserve également autant que faire se peut de toute interférence / influence / parasitage avant de me plonger dans un jeu (ou de lire un livre, regarder un film ou une série) mais tu noteras bien que cela devient de + en + difficile de nos jours, il est si facile de se spoiler involontairement juste parce que quelqu'un d'autre n'aura pas pris la peine de prendre des précautions à ce sujet... Au passage, c'est également ce que j'essaie de faire avant d'analyser les Castlevania les uns après les autres en ne lisant absolument aucun test, ce qui est d'autant + périlleux dans mes recherches...

Concernant le défi que de finir un jeu à la loyale représente, il est toujours bien réel, je ne te raconte même pas la satisfaction d'avoir fini le premier Castlevania sur NES ou son remake sur Sharp X68000 après des heures et des heures d'acharnement, là pour le coup la fin tu t'en fiches un peu si je l'avais déjà vue ou pas, l'important est d'être parvenu à botter les fesses de Dracula cheers

S.A.S back from his grave a écrit:
N'empêche que si tu as déjà visionné les scènes supplémentaires montrées à la fin du mode Expert, je comprends parfaitement que maintenant tu cherches davantage à parler de détails comme du scénario plutôt que du jeu en lui-même. Même si j'essaye de répondre à tes questions sur le scénar le plus honnêtement que je puisse faire, je préfèrerais 100 fois que tu me dises : S.A.S., j'ai besoin de vies supplémentaires, où as-tu réussi à en trouver dans les Stage ? Ou bien : eh les gens, je suis bloqué au Boss de l'Allemagne en mode Expert, comment faites vous pour le battre car je ne trouve aucune stratégie qui marche ?

Ca personnellement ça m'intéresserait bien plus que savoir si Drolta aime les frites et savoir si c'est sa jumelle ou la Mort qu'on affronte avant le Comte. Voilà voilà quoi^^

J'ai réussi pour le moment à finir le mode Expert avec John (Eric devrait suivre sans trop de difficulté) grâce à un mot de passe m'octroyant pas mal de vies et de continues. Je ne considère pas pour autant être devenu un "expert" du jeu bien que je ne me sois pas servi d'un Game Genie ou autre Action Replay pour y parvenir. Mais une fois encore, là n'est pas mon propos ici !

S.A.S back from his grave a écrit:
Alors là je dis oui, mille fois oui !
Bien d'accord avec toi que l'ambiance d'un jeu est importante. L'immersion dans un monde à part, avec sa lune cachée derrière les nuages, l'ambiance parodiant l'horreur en partant seul à l'assaut d'un Château maléfique, bien entendu que se sont des composantes très importantes de pourquoi j'aime (et pourquoi ici nous aimons tous) Castlevania !!!

Mais derrière ambiance et immersion, faut pas mettre un scénar' à deux balles rédigé à la hâte pour donner un prétexte au cadre du jeu. Faut plutôt parler des thèmes musicaux, de l'ambiance graphique (palette de couleurs, détails graphiques de l'arrière plan, etc etc) et de la mise en scène extrêmement soignée des jeux auxquels on joue !

Par exemple, la première fois que j'ai vaincu les 3 gardes du corps de Dracula dans Super Castlevania IV, j'ai été assez impressionné ! La mise en scène musicale, avec ce thème lancinant qui se met en marche après avoir battu la Mort, les flammes qui s'allument sur notre passage quand d'un pas peu rassuré on se rend vers la chambre du Comte où aura lieu (on le sait, on le sent, on le devine^^) le combat final, ça c'est géant !!!!

Même dans un jeu Game Boy comme The Adventure, on ressent cette même pression au fur et à mesure de notre progression dans le Stage final. Quand on rencontre un Gobanz (premier Boss) qui garde la porte du Château, passe encore. Mais quand on doit en affronter plusieurs à la suite dans le dernier couloir (le couloir de la mort), lieu magnifiquement décoré de briques et lustres luxueux, là on sent bien par de simples détails graphiques et la montée en pression qu'on arrive proche du but, que notre quête touche à sa fin, et que Dracula n'est plus très loin ! (en plus, si on recule trop, les Gobanz reviennent à nouveau, ce qui en fait un endroit très compliqué à passer si on est équipé d'un simple fouet).

De même dans sa suite directe Belmont's Revenge, lorsque l'on franchit ce qui s'avèrera être la dernière porte, on sent qu'il va se passer quelque chose. Parce que le bruitage et l'animation lorsqu'on la passe n'est pas le même. On se retrouve alors dans un couloir cossu, avec toujours ces énormes lustres qu'on ne croisait pas avant dans le Château, ces peintures en arrière plan et tout le décorum d'un Boss. Et que dire de la musique...mais la musique bon sang ! Feutrée, mystérieuse, ils ont réussi à créer un thème angoissant alors que dans tout le jeu on n'entends ce thème que quelques secondes à peine (Soleiyu's Room) ! Bref, la magie opère et même si on n'a pas de grandes séquences chie-nématiques, on se prend au jeu sans problème !

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas besoin d'avoir de jolis scénarios, bien ficelés et avec plein de personnages secondaires pour qu'un jeu soit énorme à jouer. Ce sont par des éléments simples que Castlevania est une série qui arrive à nous marquer au fer rouge, pas par des pirouettes scénaristiques absurdes et répétitives !!! Parce qu'il s'agit d'un jeu, pas un roman ni un film policier ! Sur la question de l'ambiance, celle-ci contribue à faire d'un jeu un bon soft ou pas, donc oui cela joue sur l'immersion et donc sur le plaisir du joueur...mais le scénario d'un jeu de plateforme ou d'arcade, c'est hyper superficiel et encore je pèse mes mots.

Combien de fois a t-on du aller sauver une princesse dans un jeu vidéo ? Combien de fois a t-on du vaincre un grand méchant qui voulait conquérir la terre ? Des centaines de fois ? Des milliers de fois ? Est-ce que ça veut dire que ces jeux au scénario ridicule et/ou copié collés sont tous mauvais car ils n'ont pas de scénarios, ou des scénarios banals ? Mais non, pas du tout ! Réveillez-vous les gens ! Un jeu est bon parce qu'il est réussi, plaisant et jouable. Un bon jeu procure du PLAYER FUN, alors qu'un nanar on n'aura jamais envie d'y jouer, quand bien même il aurait le meilleur scénario de toute la galaxie !

Pas pareil avec un film. Il pourra avoir les acteurs les mieux payés du monde et 500 millions de budget, si le scénario du film est pourri et l'histoire pas intéressante ou bourrée d'incohérences, qu'est ce qu'on va retenir ? Qu'on s'est ennuyé ferme, c'est tout !

Tu t'embarques sur un terrain que je n'ai pas évoqué car ce n'était ABSOLUMENT pas mon but ici. Evidemment que la forme est importante mais ce n'est pas une raison d'en occulter le fond pour autant. Je n'ai dit nulle part que je n'aimais pas TNG parce que je critiquais (enfin m'interrogeais à la base sur) certains flous scénaristiques Rolling Eyes

S.A.S back from his grave a écrit:
Et attention ma poule, ne t'embarque pas sur des pentus dans ta réponse, on me l'a déjà faite. Me dire que les cinématiques sont un plus, qu'elles posent l'histoire, que l'histoire est cruciale dans un jeu car c'est elle qui permet au joueur de s'impliquer dans le jeu, etc etc.... Là je te répond OK, mais c'est surtout valable pour les jeux ACTUELS. Bien sûr que maintenant ça me fait bander tout dur quand je joue à un Batman Arkham au scénario riche, complexe et plein de rebondissements. C'est clair ! Pareil avec un Metal Gear Solid 4, si l'histoire serait à chier, y aurait 50 % de l'intérêt du jeu qui s'envoleraient ! Ou même, plus proche de la saga qui nous intéresse : Lords of Shadow. S'il n'y avait pas toute la construction narrative portée par le jeu des acteurs, les nombreuses cinématiques ou cut scenes, les combats de boss avec leur mise en scène dantesque, etc etc = on s'impliquerait moins dans le jeu, afin de découvrir quel est le destin du personnage que l'on incarne.

Mais ça c'est valable parce que les graphismes ont atteint un stade de détail prodigieux, parce que les musiques deviennent des musiques de films, et que la puissance des machines qui font tourner tout cela est à des milliards d'années lumière de nos pauvres petites 8 et 16 bits adorées.

Cela fait passer le jeu dans un autre dimension, où l'on est davantage dans un film interactif qu'autre chose (regarde donc la qualité d'un God of War III, d'un Dead Space ou d'un The Last of Us...). Mais faut vivre avec son temps, et pas demander le même effort scénaristique ou d'histoire aux jeux où à l'époque, tout le monde s'en foutait !

L'erreur que tu commets à mon sens, c'est de transposer le joueur que tu es devenu - posé, curieux, exigeant, intelligent - grâce aux machines de dernières génération pour essayer d'aller plus loin dans la compréhension de scénarios d'un autre âge, une époque où les jeux narratifs représentaient environ 0,1 % de la production....il y avait Another World, et puis quoi d'autre ?

Savoir reconnaître qu'un jeu n'a pas de scénario, ou que celui-ci est totalement bidon, c'est beaucoup plus adapté à l'époque que vouloir se transformer en en*****r de mouches à se poser 36 questions dont personne n'a la réponse, pas mêmes les programmeurs de l'époque. D'ailleurs, tu peux finir les jeux sans voir une seule personne dans le Staff être chargée de l'histoire... Il y aura marqué les graphistes, les programmeurs, les compositeurs des musiques, et les remerciements. POINT !

Dernier ultime exemple...j'évoquais plus haut les Batman Arkham sur les PS360. Soit ce sont des jeux géniaux. Mais j'éprouve toujours autant de plaisir à me brancher ma NES pour une bonne vieille partie de Batman - The Video Game ou Batman Return of the Joker. Ces jeux sont 2 bombes absolues : graphismes magnifiques, musiques de Naoki Kodaka juste divines, gameplay aux petits oignons, intérêt dantesque. Ces jeux ont marqué les joueurs de l'époque, et tous s'en souviennent avec émotion.

Est-ce que je t'ai parlé du scénario ? NON !! Qu'est ce qu'on s'en fout !!! Le Joker vient sur Gotham, il veut prendre le pouvoir et Batman doit contrarier ses plans. Point ! Pas besoin de plus, il faut bien comprendre que le scénario n'est qu'un prétexte, pas une vérité établie ou obscure dont il convient d'analyser les méandres.

Le scénario de Batman Return of the Joker est encore plus loufoque et d'une certaine manière, encore pire : alors qu'on l'a tué dans le 1, le Joker ressuscite et trouve le moyen de revenir semer la panique à Gotham ! Trop bon, ce scénario ! Est-ce qu'on se dit : bah non, c'est pas possible que le Joker revienne, à mon avis c'est Alfred qui manipule Bruce Wayne et qui l'envoie dans des niveaux alors que le Joker n'y est pas, patati patata...bah non, on s'en bat les steaks ! On joue au jeu et on le savoure tellement il est divin.

Et encore, tu ne connais pas la meilleure : alors qu'on l'a bousillé des dizaines de fois dans tous les Batman sortis jusque là, toujours le même - ce fameux Joker- trouve le moyen 25 ans plus tard de revenir dans Arkham Asylum, toujours pour la même raison : nous pourrir la vie et servir de grand méchant à l'histoire ! Est-ce que les joueurs se disent alors : mais ils nous prennent un peu pour des cons là, c'est pas possible car le Joker je l'ai déjà tué 2 fois sur NES il y a 25 ans ? Non ! Parce qu'on s'en tape, il revient bah c'est pas grave on l'élimine à nouveau pis c'est tout ! En espérant qu'il revienne indéfiniment, surtout si c'est pour avoir le privilège de jouer à des jeux de cette qualité fantastique.

Comme quoi il n'y a pas besoin de s'appeler Dracula et de revenir à la vie tous les 100 ans pour venir nous hanter pendant 3 décennies de jeux vidéo...

Encore une fois tu t'emballes longuement en supposant que seul le scénario compte pour moi alors que c'est faux. J'essaie de n'éluder aucun aspect du jeu encore une fois pour rester le + objectif possible dans mes propos. Bref, quand j'aurai écrit qq chose de concret à publier sur TNG on en reparlera !

S.A.S back from his grave a écrit:
J'ai fait un peu long mais tout ça je voulais aussi plus ou moins le dire à la suite des tests et analyses que tu as fait des premiers Castlevania sur ton site, ainsi répondre sur "The New Generation" me permet de gagner du temps. Par ailleurs, quand j'ai écrit que j'avais hâte de lire la suite, il n'y avait aucune ironie ni rien en disant ça : j'estime vraiment que tu écris très bien, ton style et propre et ça glisse facilement. C'est intéressant et c'est pour ça que je suis impatient de lire tes analyses et avis sur tous les futurs Castlevania que tu dois encore traiter.

Alors bonne continuation mec ! (il est temps que j'aille me coucher, je commence à fatiguer légèrement Wink )

++


Merci pour tes compliments, SAS I love you ! Par contre, je n'aime vraiment pas le terme de "test" pour ce que j'écris sur Castlevania, je préfère le terme "analyse" (sinon "critique"), je n'évalue pas un lave-linge ou je ne sais quoi à partir de normes ou de critères immuables et/ou reconnus par tous, mais je parle d'oeuvres vidéoludiques à partir de mon expérience en la matière Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://castlevania.retrogaming.fr
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2071
Age : 51
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Dim 19 Oct - 2:01

Eh bé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julius.Norris20
habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 24
Localisation : Limoges
Emploi : étudiant
Loisirs : jeux vidéos, arts martiaux, langues étrangères.
Date d'inscription : 06/08/2012

MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   Lun 11 Jan - 3:33

Castlevania Bloodlines est un grand jeu. Bien arcade et retors (surtout le dernier stage), c'est un des meilleurs pour moi. Le meilleur Castlevania classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Castlevania: The New Generation - MD - 1994   

Revenir en haut Aller en bas
 
Castlevania: The New Generation - MD - 1994
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Castlevania: The New Generation - MD - 1994
» Castlevania: Legacy of Darkness - N64 - 1999
» Castlevania : Lords of Shadow (PS3, XBOX 360)
» Castlevania Curse of darkness
» Solution complète Castlevania II Simon's Quest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castlevania france :: Jeux videos :: Castlevania - les jeux-
Sauter vers: