AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Présentation et Critiques de Jeux Vidéos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Kokuho
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2456
Age : 32
Localisation : Bruxelles
Emploi : Big boss de Belgotaku
Loisirs : jeux vidéo, jeux musicaux, manga
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Sam 26 Mar - 21:52

A mon tour, à mon tour !

Titre : Fragile Dreams : Farewell Ruins of the Moon
Plate-forme : Wii

Développeur : Tri Crescendo
Editeur : Rising Star Games

PEGI : 7+ (La bonne blague)
Genre : Survival-Horror

Synopsis : Dans un futur proche, le monde est totalement ravagé, détruit, plus rien...
Des survivants ? On peut se poser la question.
Nous incarnons Seto. Seto est un jeune garçon qui avait été recueilli et élevé par un vieil homme lors de la catastrophe. Maintenant, en pleine adolescence, il se retrouve seul... En effet, le vieil homme, la seule personne avec qui il vivait est maintenant mort.
Seto sortira alors à la découverte des restes du monde en ruine. Il croisera rapidement une fille étrange qui s'enfuira. Bien décidé à ne pas rester seul, nous partirons à sa recherche.


Alors pour en dire un peu plus que ce synopsis je dirais que les premières minutes du jeu nous donne directement le ton.
Seul, dans la faible clarté nocturne, on doit trouver une lampe de poche.
Ha ça y est, après 30 bonne minutes de fouille on la trouve.
Cette lampe va nous suivre durant tout le jeu et sera le pointeur de la wiimote.
Nous devons maintenant trouver les notes du vieil homme nous permettant d'essayer d'avoir un but. Direction la bibliothèque. Pas de lumière puisque plus d'électricité. Des couloirs étroits , seule la lampe de poche nous permet d'éclairer notre route. Un bruit sort du haut-parleur de la wiimote *trouille*. Ah non, ce n'est qu'un miaulement, en effet un chat n'était pas loin. Ceci dit il n'y a pas que des chats qui se cachent dans l'ombre.

Pas la moindre musique d'ambiance dans le jeu, pourtant pas la moindre sensation de vide non plus. Certains passage (l'ancien centre commercial) est justement bien plus angoissant sans musique de fond qu'avec un bruit quelconque. Les ennemis se signalent toujours d'assez loin par leur cris sortant par le haut-parleur de la wiimote. Durant les phases de combat une musique de fond s'élève alors pour disparaître une fois le combat terminé.

En parlant de combat d'ailleurs, pas de tour par tour au autre, que du temps réel.
Les ennemis nous donnent parfois des objets mais surtout de l'expérience nous permettant de gagner des niveau et surtout des points de santé.

L'inventaire. Loin d'un inventaire classique RPG, nous avons un petit sac et une valise.
Dans le sac nous n'avons qu'un emplacement limité (12 cases de départ il me semble), les objets prenant 1, 2, 3 parfois 4 places dans l'inventaire. Placez déjà votre lampe de poche dedans et vous êtes mal :p
La valise quant a elle possède un nombre de place illimité (pas de rangement tetrissien du coup) mais ne peut être ouverte qu'aux points de sauvegarde.

Les armes... haha... oui les armes... j'ai ri... et pleuré en jouant...
Voilà de quoi se défendre... un bâton...
Hahaha... face a une armée de créatures étranges, on nous file un bâton ! >_<
On trouvera rapidement... un vieux shinai (sabre de bois utilisé pour le Kendo), une barre de fer rouillée par la suite... et encore d'autre trucs du genre pour en arriver aux arbalètes en fin de jeu... arbalètes que le temps n'a pas épargnées et qui tirent tout sauf droit.

Les armes peuvent également se briser.
Une armée brisée reste utilisable, restons calme... mais pour bien des raisons il vaut mieux la jeter immédiatement et s'en équiper d'une en bon état, en espérant en avoir une dans notre petit inventaire.
De plus selon les ennemis rencontrés et notre niveau, nos armes peuvent se briser plus ou moins vite (je suis déjà resté une bonne heure avec la même arme tandis qu'à d'autre moment je devais changer d'arme entre chaque phase de combat).

Les ennemis (car oui, si on parle de survival horror, on va pas se faire attaquer par un morceau de béton non plus) :
Avant de lister quelques uns il est important de définir les trois types d'ennemis :
- Les ennemis standards
- Ceux qui sont ralentis par le faisceau de la lampe torche
- Ceux qui ne sont visible que lorsqu'ils sont dans le faisceau de la lampe torche.

Ha oui on rigole un peu moins comme ça. D'autant plus qu'on ne rencontre pas les types d'ennemis dans cet ordre là.

Au menu, des esprits standards (ressemblant à des méduses flottant dans les airs mais apparaissant généralement entre 8 et 12 unités autour de nous), des mains sortants des murs, des paires de jambes d'enfants des femmes/harpies avec un gros noeil sur le dos, des androïdes, des ennemis tentaculaire, des chiens de l'enfer, des femmes à barbe, des siamois... hum... je m'égare un poil peut-être...

les ennemis n'apparaissent pas au loin, comme dit plus haut, on entend d'abord leur cris, puis en s'approchant la musique s'élève puis ils apparaissent (comme ça pouf).
Pour fuir le combat, il suffit de s'éloigner ou de les vaincre. Vos armes ne se casseront pas tant que vous êtes en combats, même si vous combattez 3, 6 ou 12 ennemis en même temps, tant qu'il en reste un, votre arme ne vous pétera pas entre les doigts.


Mon avis :
Quand j'ai commencé à y jouer, j'avais entendu parler d'un jeu poétique (et il l'est !), d'un jeu au design manga (et c'est vrai !), un jeu assez triste, à ne pas mettre entre les mains d'un dépressif (et je suis toujours d'accord là dessus), dont la wiimote est très bien utilisé niveau sonor (et je ne peux qu'applaudir la performance). J'ai donc fermé mes rideaux, éteint les lumières, rangé le paquet de chips et lancé le jeu.
Une heure après je rallumais la lumière, ouvrais les rideaux, éteignait ma console en me disant "j'y rejouerai mais demain midi !".

Bon, à la base je ne suis pas friand de survival horror (exit les silent hill et resident evil) car je peux être assez facilement impressionnable, donc les fans de ce genre de jeux ne ressentiront pas forcément leur poils se dresser.
D'ailleurs après quelques heures de jeu j'étais vraiment dedans et mis à part le stress des cris inconnus je n'avais plus peur de rien.
Sauf peut-être de devoir combattre trois ou quatre gros ennemis dans une pièce de 6m², mais on ne parle pas du même type de peur je pense :p

Durant le jeu vous pourrez également mettre la main sur divers objets ayant appartenu à des gens d'avant le cataclysme. Ces objets sont empreints de souvenirs que nous pourrons découvrir. Il est assez amusant parfois (malgré la tristesse de la chose) de voir des sentiments se recouper Smile

Il y en a pour une trentaine d'heure de jeu environ si l'on veut bien tout trouver.
Bien qu'il soit finissable à mon sens en 15-20h si on connaît un peu le jeu.

Je ne vois que trois points négatifs au jeu.
- Jeu bien trop court (on en redemanderai malgré les 30h de jeu dans les dents).
- Scénario bâclé sur la fin (bien que ça colle relativement bien avec le reste, ça a des airs d'un peu trop gros "coup de bol").
- Replay Value inexistant. Les bonus à débloquer sont risible (autant ne pas mettre de bonus à ce moment là, ça en sera même moins décevant), pas de mode de jeu supplémentaire (j'en aurais aimé un avec des ennemis plus combatifs pour ne pas dire plus vindicatifs) ni rien d'autre. Une fois le jeu terminé, on a envie de le recommencer simplement parce que le jeu était trop court et qu'on en redemande

Ne vous attendez pas par contre à de grands rebondissements durant le jeu, vous êtes seuls, vous devez vous démerdez pour trouver la seule personne vivante que vous avez croisé !

Grand plus : Possibilité de mettre les voix en japonais et le sous-titre français est juste nickel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.belgotaku.be
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 27 Mar - 10:53

Un jour j’essaierai ce jeu. Merci pour cet avis Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Mar 10 Mai - 17:23

F.E.A.R
Genre: FPS-Horreur
Origine: US (Occidental)

On m'avait dit que ce jeu était un FPS mêlé d'horreur, avec des scènes effrayantes...

Pour ma part, j'ai jamais trouvé que le gore faisait peur.
Oui, il y a des moments où on s'attend à ce que quelque chose nous tombe dessus, qu'un monstre saute en nous hurlant dessus...
Mais rien. Vide.
A part quand un cadavre traverse une fenêtre - et c'est la scène qu'on m'avait décrite comme exemple - j'ai jamais sursauté ou eu "peur" en faisant ce jeu.

Le scénario est très mal présenté à travers les messages sur les répondeurs.

Les vraies informations arrivent sur la fin.


En parlant de ça...
L'ennemi courant est le soldat des forces Replica, soit-disant des sortes d'humains sans personnalité dirigés par un chef télépathe, qui, lui a une personnalité...
Ben dans ce cas, pourquoi ils sont tout le temps en train de gueuler des trucs si humanisés? Je veux dire, s'ils n'ont aucune personnalité, ils ne devraient pas tout le temps demander le status des autres, discuter de là où en sont leurs plans etc... puisque seul le chef le saurait (saurait TOUT ce qui leur arrive) et eux ben ils s'en foutent...


Le jeu se déroule dans 3 parties: Des entrepôts sur des docks, le siège social d'une entreprise (et cette partie là a duré trop longtemps à mon goût, parce que leur QG fait la taille d'une vraie petite ville) et un quartier abandonné débouchant sur le lieu de la fin.

Les apparitions d'Alma sont stressantes au début, et chiantes à la fin car inutiles.

Ah, et autre chose: j'aime bien quand on a un fusil à clous (un vrai pieu en acier, pas le clou qu'on enfonce dans le mur) qu'on headshote un humain qui ne porte pas de casque ni de protection sur la tête, et que celui-ci continue à se me tirer dessus comme si de rien n'était...


Le moteur graphique est appréciable, mais les personnages et les effets sont assez grossiers.
Un truc idiot: quand des objets se cassent la figure alors que personne n'y a touché. Parfois, ça rappelle Fallout 3, quand certains objets traversent le sol.

Bref, jeu assez décevant devant ce qu'on m'en avait dit. J'espère que les extensions, ou le 2, seront mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Mar 10 Mai - 19:58

Ils ne sont pas sans personnalité. Ils sont juste contrôlable à distance via le commandant télépathe. Tant qu'ils sont activités ils s'organisent comme des soldats ordinaires. L'intérêt c'est qu'ils sont activable/désactivable et qu'ils peuvent recevoir des ordres à distance. C'est juste une sorte d'interface pour gérer de nombreux soldats à distance. Les Replica n'ont pas conscience de se contrôle et se comporte naturellement.


Moi la narration par message j'aime bien. Ça laisse le choix au joueur.


FEAR c'est deux choses :

-Une IA étonnante pour l'époque.

-Une ambiance. Après que tu n'y sois pas sensible ne veut pas dire qu'il est mauvais de ce côté. J'ai mon lot de sueurs froides. Aussi le jeu comporte de nombreux petits détails inquiétants mais encore faut-il les remarquer.
D'ailleurs tu y as joué dans quelle condition exactement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 12 Mai - 0:03

Un peu bizarre comme principe mais soit...


Je ne dis pas qu'il était mauvais niveau ambiance. Il y avait des moments où je m'attendais à voir n'importe quoi me sauter dessus...
Et à un moment, Alma qui apparait dans notre DOS!!! Le temps que je pense à regarder derrière moi elle m'a tué.
Mais le seul truc qui pouvait faire peur c'était justement les interventions d'Alma... Le reste, les forces Replica etc ... c'était du FPS simplifié par le Time Bullet.

J'ai commencé la première extension mais... Là ça part un peu vite en nawak. Les critiques me l'avaient signalé, et je pense que c'est une bonne chose que le 2 oublie les extensions du premier, avec un mort qui revient à la vie sans raison, Alma qui est toujours juste derrière notre personnage et qui détruit TOUT sur son passage, comme ça pour le fun...


Quelles conditions? Je sais pas trop, les conditions habituelles quand je joue je suppose.
C'est à dire une lumière normale.
Je pense qu'un jeu serait vraiment plus effrayant s'il nous donnait une peur de la lumière, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 12 Mai - 0:07

Ouais, mais ça fais quand même un effet de jouer à des jeux d'horreur dans le noir, surtout quand c'est la première fois que tu les fais. Wink

Perso, je suis pas tombé en amour avec F.E.A.R, mais j'ai quand même trouvé l'ambiance très sympas. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 12 Mai - 9:15

Alexis a écrit:
Un peu bizarre comme principe mais soit...


Je ne dis pas qu'il était mauvais niveau ambiance. Il y avait des moments où je m'attendais à voir n'importe quoi me sauter dessus...
Et à un moment, Alma qui apparait dans notre DOS!!! Le temps que je pense à regarder derrière moi elle m'a tué.
Mais le seul truc qui pouvait faire peur c'était justement les interventions d'Alma... Le reste, les forces Replica etc ... c'était du FPS simplifié par le Time Bullet.

J'ai commencé la première extension mais... Là ça part un peu vite en nawak. Les critiques me l'avaient signalé, et je pense que c'est une bonne chose que le 2 oublie les extensions du premier, avec un mort qui revient à la vie sans raison, Alma qui est toujours juste derrière notre personnage et qui détruit TOUT sur son passage, comme ça pour le fun...


Quelles conditions? Je sais pas trop, les conditions habituelles quand je joue je suppose.
C'est à dire une lumière normale.
Je pense qu'un jeu serait vraiment plus effrayant s'il nous donnait une peur de la lumière, non?

Justement c'est Alma l'élément effrayant du jeu. FEAR c'est une succession de scène d'action avec les Replica et de passages d'exploration horrifique avec Alma. Dans le 2 y'aura d'autres trucs pour effrayer le joueur.

Et pour les conditions, mon credo c'est qu'un jeu supposé être effrayant ça se joue dans le noir dans une pièce fermée avec un casque sur les oreilles. Autrement tu as toute les chances de désamorcer complètement les aspects effrayant du jeu. Ce serait très fort qu'un jeu nous donne la peur de la lumière mais c'est très improbable. Lumière = visibilité = confort = pas de peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 12 Mai - 21:20

Hum... Certains films arrivent bien à nous faire comprendre que les lieux qu'on considère comme sûrs ne le sont pas.
Je pense en particulier à la scène de The Grudge dans laquelle une femme poursuivie par le monstre se cache dans sa chambre, et qu'une bosse se déplace sous sa couette.



Oui, Alma est l'élément effrayant du jeu, mais il y a une différence entre des apparitions subtilement dosées pour arriver lorsqu'on ne s'y attend pas, ou justement lorsque l'on voit ses interventions précédentes (dans le jeu de base) et une attaque incendiaire toutes les 5 minutes (première extension)


Le jeu de base reste bon, même si j'ai désamorcé l'aspect effrayant.
La première extension reste chiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Ven 13 Mai - 7:49

Nan mais les apparitions ne sont maîtrisées que dans le scénario de base. Dans les extensions (qui ne sont pas canoniques) et dans FEAR2 ça devient un peu prévisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Sam 2 Juil - 21:42

Titre: Dragon Ball Advanced Adventure
Console: Nintendo Gameboy Advance
Date de sortie: 2005 (France)
Origine: Japon
Genre: Action-Plateforme/Beat'em all
Editeur: Atari
Développeur: Dimps

L'histoire suit de façon très résumée l'intrigue du manga dans ses trois grands axes (Pilaf, l'Armée du ruban rouge et Piccolo). Petite déception personnelle : le jeu s'arrête à la défaite de King Piccolo. Donc pas de championnat avec Piccolo Jr ni de combat contre Cyber Tao Pai Pai.

Le jeu prend la forme d'un jeu d'action plate forme très classique mais avec prise en compte de combo ainsi qu'avec des passages où le joueur est forcé de vider la zone de ses occupants pour pouvoir avancer. Aussi le jeu prend donc des allures de beat'em all.
Un autre aspect du jeu est le mode 1 contre 1. Pour mieux reconstituer l'ambiance des championnats du monde d'arts martiaux ainsi que certains "grands combats" de la saga, Dimps a opté pour un mode plus proche du jeu de combat 2d classique mais en beaucoup plus simplifié. Ce mode est également disponible en dehors du mode solo, pour pouvoir affronter le CPU.

De nombreux objets sont dissimulés dans les niveaux. Certains ne servent à rien alors que d'autres débloquent attaques, personnages (pour le mode 1 contre 1) ou bonus pour Goku.
Le jeu est très plaisant mais facile en mode normal. Je vous conseille donc de le faire en difficile.
Enfin sachez qu'une fois le jeu fini vous pourrez le recommencer dans la peau de Krillin. Aucun changement de scénario, juste la possibilité de jouer ce personnage avec ses propres pouvoirs et combo. Néanmoins, comme ce second run conserve vos bonus et pouvoirs il aura plus l'air d'une section "speed run" qu'autre chose... La difficulté ne change pas donc forcément, le Kaméhaméha puissance max fait vite le ménage...

----



Titre: Silent Hill Shattered Memories
Console: testé sur PSP
Date de sortie: 2010 (France)
Origine: Japon
Genre: Survival Horror
Editeur: Konami
Développeur: Climax

Attention ce test va comporter plusieurs spoilers



Le SH qui aura divisé les foules et fait couler de l'écran. Le SH qui ose... Mais en fait pas tellement et nous allons voir pourquoi je dis ça.

Côté scénario SH SM reprend les bases du tout premier opus. Nous nous retrouvons donc de nouveau dans la peau de Harry Mason, écrivain, qui vient d'avoir un accident de voiture près de la ville de Silent Hill. Lorsqu'il reprend connaissance il découvre que sa petite fille de 7 ans, Cheryl, a disparu. Conséquence, notre "héros" décide de partir à sa recherche et
C'est ici que la ressemblance avec l'opus original s'arrête. Tout le reste est différent. Harry habite Silent Hill qui est ici tout sauf abandonnée mais prise dans une tempête de neige qui force ses habitants à rester cloîtrer chez eux (d'où l'aspect "désert" des lieux visités). Si les personnages possèdent des "titres" similaires, leur rôle est différent. Cybil n'est plus une flic de Brahms accidentée mais fait partie de la police de Silent Hill. Lisa Garland est personnage ici très "annexe" à l'histoire. Le Dr Kaufmann est ici un psychologue soumettant, en parallèle de l'aventure de Harry, divers questionnaires et exercices au joueur afin de brosser son profil psychologique. (Et même si le jeu se permet quelques raccourcis un peu vexant, je dois avouer que les conclusions de Kaufmann m'ont bluffé)

L'autre principale différence est donc cette neige. Le brouillard traditionnel n'existe plus et c'est un terrible froid qui vient remplacer la rouille et le sang du monde cauchemardesque. De même aucun monstre n'existe en dehors des phases de cauchemar. Lors de ces dernières, la traditionnelle "seconde exploration" des lieux est remplacée par une séquence de course poursuite où les quelques monstres du jeu se montrent comme étant de fins prédateurs. D'ailleurs Harry est totalement pacifique. Aucune possibilité d'attaque, seule demeure la fuite. Les fans de Clock Tower risquent de voir dans SH SM une version "boostée" du gameplay de leur jeu favoris.
On serait du coup tenté de penser que la peur n'existe pas en dehors de ces passages bien précis. Or si certes on n'est rarement terrifié, il reste suffisamment d'éléments glauques pour participer à l'ambiance.

L'exploration dans cet opus est peu linéaire et cela est très plaisant. A l'heure où les survival horror sont presque des "trains fantômes" de fête foraine, Climax a opté pour un jeu plus classique. En revanche il s'agit d'exploration pure, avec donc très peu d'enigmes. Certains pourraient donc s'ennuyer durant ces phases mais cela est justifié par le scénario. Moi en tout cas j'ai apprécié cet élément. Petit détail qui m'a également plu : le fait de pouvoir téléphoner librement. Un plus pour l'immersion, selon moi.
Aussi les tests psychologique qui nous sont proposés ont un effet sur notre aventure. Les personnages changent de look voire de comportement. On ne visite pas les même lieux... Après un SH Origins ne révélant ses secrets qu'à partir d'un second run, Climax semble avoir voulu privilégié la replay value. Là encore c'est tout à leur honneur. D'ailleurs toujours dans cette idée, le jeu nous propose de rechercher des échos de la tristesse des autres habitants de la ville. Ces échos donnent accés à des messages vocaux ou textuels sur le téléphone de Harry et ces messages ne sont pas tous les même d'une partie à l'autre... Influence des tests psychologiques?


Pour ce qui est de l'ambiance, ce jeu est l'un des plus tristes de la saga, peut être même plus mélancolique que SH2 lui même. Une grande détresse se dégage de son histoire et plus on explore cette histoire et plus ce malaise s’agrandit. Côté atmosphère et scénario, Climax présente ici le meilleur SH occidental. Bien entendu, les excellentes compositions de Akira Yamaoka et la voix de Mary Elizabeth McGlynn ne sont pas étrangères à ceci !

Silent Hill Shattered Memories est donc un très bon jeu et surtout un SH qui ose de nouvelles choses. Néanmois son scénario, s'il est différent de celui de SH1, se rapproche du coup beaucoup de SH2. Ce n'est pas un défaut, loin de là mais comme je l'ai dit à terme le fait de toujours vouloir recréer l'expérience SH2 risque de porter préjudice à la licence notamment par le fait que les joueurs s'habituent de plus en plus à ce schéma scénaristique. J'ai moi même, quelques minutes avant qu'apparaisse le générique de fin, percé à jour le scénario du jeu. Pour la surprise c'était donc raté. Cependant comme je disais ce n'est pas un défaut et ce jeu a objectivement tout ce qu'il faut pour être un bon SH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Sam 16 Juil - 13:28

Darksiders
PC PS3 Xbox360
Genre: Mélange de DMC et de Zelda


Oui, de Zelda. L'idée n'est pas de moi, et je suis d'accord avec: dans ce jeu, des tas de bonus sont cachés dans chaque lieu, et il faut revenir doté de nouvelles capacités dans ces endroits pour les récupérer, tout comme dans Zelda.


L'histoire s'articule autour de l'un des quatre cavaliers de l'Apocalypse, Guerre, qui vient sur Terre alors qu'anges et démons sont en train de s'y battre (et de détruire les humains) dans un déluge apocalyptique (donc des météores remplies de démons s'écrasent sur Terre).
Guerre est accusé par une faction neutre, le Conseil ardent, d'avoir provoqué l'apocalypse (d'où le combat entre les anges et les démons). Pourtant les autres cavaliers ne sont pas apparus.
L'Apocalypse est empêchée par sept sceaux, or ceux-ci n'ont pas été détruits, elle n'est donc pas censée avoir lieu. Pourtant, les armées d'anges et de démons qui se battent sur Terre correspondent bien à ce qui est censé se produire...

Guerre perd ses pouvoirs et se retrouve lié à un démon, le Gardien, qui le surveille pour le compte du Conseil Ardent.
Le Gardien est capable de faire souffrir Guerre pour le forcer à agir d'une façon ou d'une autre. Il y a des chances pour que Guerre le massacre s'il en a l'occasion.

Guerre va tenter de savoir qui a provoqué la guerre et l'a fait accuser.



Le jeu se présente comme un Devil May Cry ou un God Of War au premier abord. Les combats brutaux, avec les armes aux nombreuses techniques, rappellent effectivement ces deux jeux.
Heureusement, après une petite heure de jeu, on se retrouve dans un monde plus ouvert, rappelant bien plus un Zelda.

Guerre doit parcourir des donjons, tuer leur maître pour rapporter leur coeur à Samael, un démon qui lui octroie de nouveaux pouvoirs en échange. Ce démon veut simplement être libéré, car il a été scellé par ses compères qui sont maintenant les maîtres de la Terre. Au final, Samael devrait aider Guerre à atteindre le QG de son ennemi.

Plusieurs armes sont disponibles: trois principales: épée de Guerre, Faux et Poing, et plusieurs secondaires: lame-boomerang (ressemble à l'arme de Yuffie dans FF7) pistolet, corne qui repousse les ennemis... La plupart de ces armes sont à acheter ou à trouver dans des coffres, ou sont donnés par Samael.

Guerre peut aussi se transformer en un monstre plus gros et plus fort pendant un court laps de temps.

Les achats s'effectuent auprès d'un autre démon, Vulgrim. Celui-ci permet d'acheter la deuxième arme, une faux, de nombreuses techniques et magies, des objets de soin, et quelques autres trucs comme ça.


Douze objets, dont quatre très puissants, peuvent être trouvés dans le jeu. On peut en installer un par arme principale. Ces objets accordent des bonus utiles, allant du simple bonus de dégats au générateur continu de magie, en passant par celui qui permet d'obtenir plus d'âmes (la monnaie du jeu) en tuant ses ennemis avec la faux.


Rappel:
Dans DMC, le jeu est découpé en chapitres/niveaux. Une fois le jeu fini on peut choisir un niveau précis et le refaire.
Dans GoW, on ne peut pas revenir en arrière, on dit adieu aux bonus qu'on n'a pas pris... (c'est sans doute ce que j'aime le moins dans ce jeu)
Dans Zelda, on a une carte du monde qui s'ouvre petit à petit, mais très peu d'endroits deviennent inaccessibles en cours de jeu. Un peu à la Castleroïd.




Que dire de plus? On a un scénario valable, une ambiance bien faite, des décors assez beaux (sauf si vous utilisez Call of Pigeons* comme référence), des musiques épiques...
Les seules QTE que j'ai vu servent à achever un ennemi (on appuie sur un seul bouton, puis on regarde Guerre faire), et sûrement pas à faire perdre la moitié de la barre de vie (invisible) du boss.


Le jeu me donne entière satisfaction.





* J'ai dit Call of Pigeons pour les DLC: 4 cartes à 15 euros c'est un peu abusé... Pour ma part, j'ai les deux Modern Warfare (70€ chacun, ourgh!) et le mode multi ne m'attire pas spécialement... Le "pigeon" concerne surtout le fait que ce soit si cher et qu'on achète...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KaFarD
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1172
Age : 34
Emploi : musicien
Loisirs : jeux vidéo
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 15 Déc - 11:45

Jeu: GoldenEye 007 (2010)
Console: Nintendo DS
Editeur: Activision / n-Space
Genre: tir à la première personne, infiltration



Graphismes:
Les graphismes sont assez hideux, surtout vus de près. Quand on s'approche trop d'un décor, on voit une bouille de pixels où on distingue même les lignes de séparation entre les différents polygones.

Musique:
Il y a en tout et pour tout 4 ou 5 thèmes musicaux (pour une quinzaine de missions), plutôt bons et efficaces, mais qui sont repris dans plusieurs niveaux aux ambiances complètement différentes. Les bruitages sont corrects. Les doublages sont moins désastreux que dans le jeu XB360.

Liberté:
Les seuls éléments avec lesquels on peut interagir clignotent. On ne peut pas tirer sur des alliés, ni exploser des éléments du décors qui ne clignotent pas, ni ouvrir des portes au hasard. Tout est scripté et dirigé, mais moins que dans le jeu next gen.
Impossible de mettre des coups de main. Impossible de tirer à bout portant, le bouton d'attaque déclenchant automatiquement un coup de crosse (ce qui implique qu'on est complètement impuissant quand on est désarmé ou qu'on a épuisé ses munitions).
Impossible de refaire une mission passée ou de revenir au début de la mission, sauf en mode 'Contre la montre' (dans lequel, comme dans le Goldeneye sur N64, il faut terminer la mission en un temps record pour gagner des codes de triche). Seule alternative: recommencer au dernier point de sauvegarde ou recommencer le jeu au début.

Combats / intelligence artificielle:
Il y a un problème vraiment singulier dans ce jeu: les dégâts causés par les ennemis. Ils font autant, voire plus de dégats à une distance inatteignable qu'en face à face. On peut se faire tuer en 3 secondes par un ennemi à peine visible à l'écran, alors que si le même ennemi se trouve juste devant nous, il a besoin de 4 balles pour tuer le joueur.
L'intelligence artificielle des ennemis est assez mauvaise. Ils ne sont pas aussi suicidaires que sur N64 (quand on se planquait derrière un mur et qu'ils venaient se faire abattre), mais ils sont stupides, illogiques et peu réactifs. Par exemple, on peut s'approcher à quelques mètres d'un ennemi en face à face sans se faire griller.

Difficulté:
La difficulté est mal dosée. Certains passages (comme celui dans le bunker après le déclenchement du gaz) sont pénibles et stressants car les ennemis reviennent par vagues successives illimitées. Le passage au stylet dans l'hélicoptère est également hérissant. A contrario, l'escapade du train qui est censée atteindre le comble du suspense de l'intrigue (rappelons que dans le jeu N64, il fallait tirer sur Ourumov avant qu'il n'abatte Natalya, puis découper au laser une trappe dans le sol en moins de 3 minutes) n'est même pas chronométrée. L'affrontement avec Xenia est ridiculement facile (sans parler de l'affrontement final...).
La difficulté est très inégale car le joueur progresse aisément, rapidement et uniformément dans le jeu, sauf à 2 ou 3 reprises où il se retape le même passage une dizaine de fois.

Interface:
L'usage du stylet, de l'écran double et des autre gadgets de la console est inventif.

Scénario:
Le jeu est relativement fidèle au film d'origine, et revisite certains épisodes du jeu N64: le bunker, les archives, la jungle (qui n'est plus à Cuba, mais en Afrique...). Les têtes des personnages sont changées, leurs voix aussi. L'intrigue est donc identique au film, à quelques détails près. Certains changements ne peuvent cependant pas s'expliquer par une question de droits d'auteur: la substitution de certains lieux géographiques, l'introduction de gadgets technologiques comme les clés USB et autres cartes magnétiques qui dénaturent le contexte historique de l'intrigue.


Ma note: 14/20


Dernière édition par KaFarD le Dim 12 Fév - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 10:36

Lord of the Rings: War In The North
PC Xbox 360 PS3
Genre: RPG



Je suis présentement dans une phase Seigneur des Anneaux, j'ai donc décidé de me prendre ''War In The North''.

Au départ nous avons le choix entre 3 Héros: Un Rôdeur, Un Nain et Une Elfe. Ces 3 peronnages ont des attributs différents... Rogue,Mage et Guerrier. Les Personnages ont un visage de base qui peuvent être modifier dans les miroirs.

J'ai choisis le Rôdeur (Eradan), Ses 3 Atouts sont Discrètion, Arcs à Flèches et Épées.

Gameplay:
C'est un Hack'n Slash dans le genre de Baldur's Gate: Dark Alliance, avec des Dialogues à la Dragon Age, Mass Effect.... Les Combats sont très répétitifs, mais j'ai toujours une grande satisfaction quand je tranche des membres d'orques.

Musique:
Je suis très déçu sur ce côté, J'espérais entendre quelques musiques des films.

Scénario:
Les 3 Héros ont pour but d'aider la communauté de l'anneau. Ils doivent se débarrasser d'un certain Agandâur, ''le bras droit de Sauron'' ont voyage sur la carte de la Terre du Milieu (Bree, Foncombe, Mirkwood....)

Autres:
Je peux dire que le jeu contient plusieurs Bugs, Je ne comprend pas pourquoi Boromir, Merry, Pippin et Sam ne sont pas à Foncombe lors du conseil d'Elrond. La majoritée des voix sont fidèles aux films.

Bref, le jeu est bon, mais un peu trop linéaire à mon goût. Si vous pouvez l'avoir à 30-40$ ça vaut la peine. Smile

Ma Note: 16/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 11:07

Ah donc c'est une histoire inédite?
J'ai jamais fait attention aux news autour de ce jeu mais avec le titre "La Guerre du Nord" je m'attendais/j’espérais que le jeu parlerait du conflit entre Angmar et Fornost... Faut croire que c'est trop demander aux développeurs de faire un jeu qui n'a pas un rapport avec les évènements de la trilogie.

D'ailleurs c'est quoi cette manie de toujours faire un trio Homme/Elfe/Nain?! C'était assez ridicule dans Le Tiers Age...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 20:32

KingTeDdY a écrit:
Ah donc c'est une histoire inédite?
J'ai jamais fait attention aux news autour de ce jeu mais avec le titre "La Guerre du Nord" je m'attendais/j’espérais que le jeu parlerait du conflit entre Angmar et Fornost... Faut croire que c'est trop demander aux développeurs de faire un jeu qui n'a pas un rapport avec les évènements de la trilogie.

D'ailleurs c'est quoi cette manie de toujours faire un trio Homme/Elfe/Nain?! C'était assez ridicule dans Le Tiers Age...

Oui, c'est indédit Wink

Ont dois aller à Fornost et Angmar, j'ai visiter Fornost hier Smile

une partie que j'ai trouvé ridicule, c'est quand les aigles de Gwair (le chef des aigles) sont réunis et font le serment de vous aider dans votre quête. (c'est comme de conseil d'Elrond avec des aigles qui parlent) Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drakùl
NeoZafkiel Aime: Rap-Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1624
Age : 36
Localisation : Valachie
Emploi : Comte
Loisirs : Empaler
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 20:58

Idem que Phil, étant en pleine lecture de tout Tolkien, je me suis commencé War of the North, j'ai aussi pris Eradan, comme quoi ^^
Le jeu est sympa, joli sans casser des briques, couloirs fermés en extérieur, c'est très bourrin, y'a une augmentation de niveau et de stuff avec des compétences à 3 arbres pour chaque personnage (Dunedain, Elfe et Nain), ça reste assez basique mais le jeu possède tout de même une aura, une bonne réalisation, un scénario inédit plutôt sympa, on y rencontre la communauté de l'anneau, on sent que l'on est sur les traces de Frodo, Aragorn et toute la clique.
Je viens de passer Fondcombe, on peut y discuter avec tous les personnages emblématiques tels qu'Elrond, Gimli, Bilbo et même Gloïn, il y est d'ailleurs relaté le combat face à Smaug, j'ai trouvé ça bien excellent.

Le jeu reste malgré tout répétitif, on ne s'ennuie pas vraiment, malgré une mécanique de jeu assez sommaire, l'univers LOTR est là, on le sent bien, si on est fan, il vaut le coup, surtout que le jeu a subi une baisse de prix en neuf, 39 euros sur 360 et PS3.

Pour ma part, ne l'ayant pas encore terminé je lui mettrais 14/20.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 21:09

Phil Belmont a écrit:

une partie que j'ai trouvé ridicule, c'est quand les aigles de Gwair (le chef des aigles) sont réunis et font le serment de vous aider dans votre quête. (c'est comme de conseil d'Elrond avec des aigles qui parlent) Razz

Cette impression c'est peut être par ce que t'as pas lu le Silmarillion. Pour faire court les Grands Aigles ne sont pas des animaux au même sens que les autres oiseaux. Ils sont les esprits au service du Valar Manwë. Je me demande même s'il ne s'agit pas de Maiar. Donc oui, en apparence c'est rigolo car t'as une bande d'aigles qui parlent mais d'un autre côté ce n'est en fait qu'une apparence qu'ils ont choisi par commodité.

Dans le même genre, y'a pleins de gens qui ne comprennent pas toute la séquence du Balrog de la Moria, pourquoi Gandalf reste en arrière pour le combattre alors qu'il avait le temps de s'enfuir avec les autres. Or quand on lit le Silmarillion on se rend compte que les Balrog sont des Maiar, comme Gandalf et les autres Istari. Ils ont juste choisi cette apparence maléfique. (D'où la réplique de Gandalf qui dit au Balrog qu'il est "Le serviteur du feu secret, détenteur de la flamme d'Anor" et qu'il qualifie le Balrog de "Flamme d'Udûn") Dans ce contexte donc, même s'il n'est pas un "magicien" comme Gandalf, il est d'importance équivalente dans l'univers de Tolkien. Gandalf se devait de tuer ce Balrog car il s'agit d'une menace presque pire que Sauron lui même. (Sauron n'est qu'un Maia et parmi les serviteurs de Melkor il n'était pas plus puissant que les Balrog menés par Gothmog)

Enfin voila. Je ne sais pas si t'as lu le Silmarillion donc je me disais que la précision valait la peine d'être faite. Et puis pour les Balrog c'est un exemple que j'adore raconter car les gens qui n'ont pas lu le Silmarillion ou, qui n'ont regardé que les films sont vraiment surpris en apprenant ça.


Dernière édition par KingTeDdY le Lun 16 Jan - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drakùl
NeoZafkiel Aime: Rap-Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1624
Age : 36
Localisation : Valachie
Emploi : Comte
Loisirs : Empaler
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 15 Jan - 22:12

Héhé, je plussoie évidemment tout ce que tu viens de dire Teddy. En parlant du plus puissant Balrog Gothmog, j'ai hâte de lire la bataille qu'il a livré et qui n'est pas racontée dans le Silmarillion. Un ami qui a tout lu m'a dit que cette bataille est relatée dans Contes et légendes inachevées, hâte de m'y mettre sur ces 3 volumes après avoir lu LOTR !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Lun 16 Jan - 0:01

Non, je n'ai pas lu Le Silmarillion.

Merci pour la précision, j'adore lire ce genre d'informations Smile

EDIT: Je viens de me relire, ça fais 3 rimes de suite... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KaFarD
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1172
Age : 34
Emploi : musicien
Loisirs : jeux vidéo
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Dim 12 Fév - 14:17

Jeu: Teenage Mutant Ninja Turtles - Turtles in Time Re-Shelled
Console: X Box 360
Editeur: Ubisoft Singapour
Genre: 'beat'em all'



TMNT - Turtles in Time Re-Shelled, téléchargeable sur le XBox Live Arcade pour la modique somme de 8€, est un remake du célèbre Teenage Mutant Hero Turtles - Turtles in Time sorti en 1991 sur borne d'arcade et en 1992 sur Super Nintendo. N'ayant pas joué à l'original, je ne peux pas comparer les deux jeux. Voilà ma courte critique:

Graphismes:
Excellents. TMNT - Turtles in Time Re-Shelled est un 'beat'em all' à l'ancienne avec des graphismes next gen. Par contre, le style graphique diffère légèrement de la série Teenage Mutant Hero Turtles.

Musique:
La bande-son est excellente, très énergique et motivante pour latter du ninja du Footclan. Les bruitages sont marrants et comportent de nombreux samples de voix fidèles à l'esprit de la série.

Jouabilité:
La jouabilité est très bonne et fluide, mais on peut regretter - défaut réccurent du genre 'beat'em all' - le manque de possibilités: seulement 2 boutons d'attaques, peu ou pas d'enchaînements, impossible de parer ou d'esquiver les coups, pas de prises au corps à corps.

Ambiance:
Les interjections qui apparaissent à l'écran et autres bruitages et samples de voix conservent bien l'esprit de la BD et de la série. Les passages en surf (notamment le 3ème niveau) déchirent et les pièges maintiennent le joueur en alerte.

Durée de vie:
Le jeu comporte une dizaine de niveaux et 4 degrés de difficulté. Je l'ai fini en mode facile en environ une heure.

En conclusion TMNT - Turtles in Time Re-Shelled est un bon 'beat'em all' linéaire sans prétention qui satisfera les fans du genre et des Tortues Ninja.

Ma note: 13/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Ven 13 Avr - 12:16

Deux jeux à présenter aujourd'hui (parmi les très nombreux que j'ai testé)


1) Warhammer 40.000 Space Marine
Editeur: THQ
Développeur: Relic
Support: PC (Steam)

L'univers de Warhammer 40.000 est très vaste (euphémisme) et permet de faire un peu de tout. On a eu droit aux Dawn of War, des STR assez bien pensé, Fire Warrior, un FPS que je n'ai pas testé, les jeux de rôle papier Dark Heresy (j'ai le livre depuis un moment, je vais enfin pouvoir le tester bientôt) ou Rogue Trader, les romans, et maintenant, Space Marine.
L'humanité est représentée par l'Impérium, dirigée par l'Empereur-Dieu. Les humains le vénèrent comme un dieu. Face à eux, plusieurs races extraterrestres, dont les Tau, les Orks, les Eldars... et le Chaos, une sorte de puissance primale, primaire, omniprésente, mutagène, corruptrice, hautement maléfique, qu'ont rejoint une partie des Space Marines il y a des millénaires, et que des membres de toutes les races peuvent rejoindre.
Dans cet univers, les Space Marines sont des humains génétiquement modifiés, dotés d'armures assistées, d'épées tronçonneuses, et de bolters (des armes à feu à munitions explosives). Plus toutes sortes d'armes plus spéciales, comme des canons laser, des bolters snipers ou doubles, ou des fuseurs capables d'infliger de lourds dégâts à courte portée, et aussi des marteaux énergétiques: ils sont ainsi capables de combattre un tank au corps à corps.

Dans Space Marine, nous contrôlons donc un Space Marine, le Capitaine Titus des Ultramarines. Ces derniers suivent aveuglément le Codex Astartes, un livre écrit par leur fondateur, décrivant tout ce qu'ils peuvent faire en tant que Space Marines... Et Titus a tendance à ne pas suivre aveuglément ces règles, ce qui lui vaut quelques remontrances de la part de l'un de ses subordonnés.
Titus et sa Compagnie (100 Space Marines, même si on n'en voit que 3 au cours du jeu Rolling Eyes ) sont donc envoyés sur un monde-forge, sur lequel sont fabriquées des munitions, des vaisseaux de guerre, et surtout, des Titans, de gigantesques engins de guerre capables de marcher. Cette planète est attaquée par des Orks, et Titus et sa clique sont l'avant-garde de tout ce qui a été envoyé pour repousser les monstres verts. Il a été envoyé s'assurer qu'un Titan particulier soit à l'abri des Orks...

Le gameplay peut faire penser à un sous-Devil May Cry. Ce n'est pas parce que c'est mal réalisé, mais plutôt parce que le principe n'est pas de faire des combats stylés. Un Space Marine est brutal et efficace. On a tout un tas d'armes de corps à corps ou à projectiles, et le but est de tuer les ennemis qui se dressent devant soi et d'avancer.
On a une sorte de double jauge de vie, en fait il y a un bouclier qui se recharge hors combat + la vie elle-même.

Il y a un scénario, pas très original pour cet univers mais bien écrit quand même. Le final, bien que lui aussi plutôt peu original pour l'univers, nous laisse quand même sur notre faim, laissant le héros dans une situation assez dangereuse pour lui... On peut supposer qu'il y aura une suite (sauf si THQ dépose le bilan) dans laquelle Titus ne sera sans doute plus un Capitaine des Ultramarines. Pour ceux qui veulent savoir pourquoi, un petit spoiler:

Spoiler:
 

On dispose donc d'un bon petit arsenal:
-Epée tronçonneuse
-Hache énergétique
-Marteau tonnerre
-Pistolet Bolter
-Pistolet Plasma
-Bolter
-Bolter Striker (sniper)
-Lance grenades (celles ci explosent quand on le leur demande!)
-Bolter jumelé
-Fuseur (arme de courte distance)
-Lance plasma
-Canon laser (sniper lourd)
-Bolter lourd

Et j'en oublie sans doute un ou deux.
En solo, on a droit à une arme de corps à corps et 4 armes à distance: l'une est forcément le pistolet bolter ou le pistolet à plasma. les trois autres sont à choisir parmi les autres. Le Bolter lourd est une arme posée sur un support, on peut la récupérer, mais on doit alors la vider pour changer d'arme et Titus la jettera lorsqu'elle sera vide. Le Marteau Tonnerre empêche d'utiliser une arme à distance autre que les pistolets ou le Bolter de base.

Et en multi, on a trois classes de personnages:
-Tactique (infanterie Space Marine de base): Armes: Pistolet + une arme moyenne, une épée tronçonneuse et des grenades.
-Lourd: Armé d'une arme lourde (Canon laser, Bolter lourd ou Lance plasma lourd), lent, pas de corps à corps, mais beaucoup de vie.
-Assaut: Equipé d'un réacteur dorsal, celui-ci se jette sur ses ennemis depuis les airs et les achève au corps à corps.

Le multi intègre des éléments assez populaires ces derniers temps: on gagne des niveaux, qui débloquent de nouvelles armes et équipements, et l'usage répété d'un type d'arme entraîne des bonus pour cette arme.


Résultat: Satisfaisant, retranscrit bien l'univers, mais risque de ne vraiment plaire qu'à ceux qui aiment l'univers.






2) Fallout
Interplay
PC
Version française (après avoir cherché un peu)
Jeu de rôle

J'ai profité de la promo GOG.com d'il y a quelques jours pour posséder gratuitement ce jeu, et j'ai donc essayé à tête reposée.
Il m'aura fallu un moment pour comprendre qu'on peut entrer en mode combat sans attendre d'être attaqué par un ennemi, mais à part ça...

Quel bon jeu!

On tue des monstres, on gagne des niveaux, on parle avec les gens, on fait des quêtes...
C'est bien plus axé jeu de rôle papier que Fallout 3 et New Vegas (ou les Elder Scrolls).
Et bon sang, je vois vite pourquoi il est culte!
Je sais pas trop comment je pourrais raconter ce que j'y vois... C'est... Un jeu de rôle bien foutu, dans un univers bien pensé, avec un système efficace, quoique déroutant pour ceux qui le découvrent après un jeu d'action pure...

J'ai commencé par prendre le personnage "musclé", qui fait du combat en priorité.
Je suppose que ce jeu s'ajoute à tous ceux que j'ai à faire/finir actuellement...

Bref, je le recommande à ceux qui sont capables de le supporter. C'est vieillissant, mais bien pensé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KingTeDdY
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4575
Age : 28
Emploi : Etudiant
Loisirs : Musique, Manga, Jeux vidéo, Graphisme
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Lun 23 Avr - 20:18

Dead Island

Survival-Role-Playing-Horror Game in First Person View

Note: Depuis une mise-à-jour le niveau des ennemis est basé sur celui du joueur. Ainsi impossible de se retrouver avec son perso lvl 40 face à des zombies niveaux 12. La difficulté et les sensations sont donc tributaires du fait que vous activez ou non cette option. Mon test a été rédigé alors que j’ai fait le jeu avec ce système en fonctionnement.
A une époque on considérait qu’entre les deux grosses séries de football, FIFA et Pro Evolution Soccer (anciennement International Superstar Soccer), la démarcation se faisait par le fait que l’un était un jeu fun et plutôt accessible tandis que son concurrent était plus axé sur la simulation. J’ignore si c’était véridique et/ou si ça vaut encore pour aujourd’hui, néanmoins je peux vous dire qu’on serait tout à fait légitime à tenir les même propos si on devait comparer un Dead Rising à Dead Island.



Vacances sanglantes à Banoi Holiday Resort

Histoire de continuer sur le thème de la division en deux catégories, rappelons qu’il en va de même pour les histoires de zombies. Que ce soit au cinéma, en jeu vidéo, en bande-dessinée ou en littérature, il y a d’un côté les histoires sérieuses teintées d’horreur tentant avec plus ou moins de réussite de faire s’intéresser le spectateur/joueur au sort des personnages et il y a de l’autre côté les histoires totalement et volontairement nanardesques où le zombie est à la fois un prétexte à l’humour et au Grand-Guignol. (C’est toute la différence entre regarder Braindead et Night of the Living Dead)

Si Dead Island était un film, il serait de la première de ces catégories. Tout commence par le choix de notre personnage parmi quatre. (Et tous apparaissent dans les cutscenes) Je ne vais pas vous faire les détails de leurs biographies mais sachez que le ton est plutôt sérieux à ce niveau. Concernant le gameplay de ce quatuor, on distingue donc un tank spécialisé dans les armes contendantes, un type polyvalent très fort pour les armes de jet, une experte en arme blanche plutôt endurante et enfin une ex-flic assez douée avec les armes à feu.

L’île de Banoi en Papouasie-Nouvelle-Guinée sert de cadre à notre aventure. Alors que nous nous réveillons dans notre chambre d’hôtel (Alors que l’intro qui nous y conduit montre un personnage différent des quatre « héros » ?!), nous comprenons rapidement que durant la nuit Banoi Holiday Resort et peut être même toute l’île font l’objet d’une invasion de morts-vivants anthropophages comme on les aime.

Le hasard faisant, notre groupe est constitué des seuls individus du coin à être mystérieusement immunisés contre la morsure des zombies. On peut se faire dévorer, mais comme on ne risque pas de revenir au campement avec une saleté incurable mettant les autres survivants en péril nous sommes désignés d’office pour effectuer toute les tâches ingrates que nous impose la survie en territoire zombie.

Le scénario de Dead Island n’est pas extraordinairement travaillé, mais il reste dans la norme des histoires de zombies sérieuses. Ambiance pessimiste, méfiance entre les survivants, retournements de situation et événements dramatiques sont de la partie. Le seul vrai problème de ce scénario réside dans la qualité des cutscenes. Si le doublage est plutôt bon, les animations et la réalisation de ces séquences ne font pas honneur au jeu. En dehors de ça on aurait aimé avoir des personnages secondaires plus développés. Cependant sans vouloir spoiler, le "boss final" a le mérite d'être finalement quelqu'un d'humain et non un gros méchant stéréotypé.

Petit détail sympa : la Papouasie-Nouvelle-Guinée se trouvant près de l’Australie, les personnages ont un accent australien à quelques exceptions près. (J’imagine par ce que eux viennent d’ailleurs ^^)

Un point fort de Dead Island est son ambiance qui, grâce aux décors et à la très réussie bande-son, offre un climat franchement lugubre au jeu. Que ce soit sur la plage entre deux chaises longues couvertes de sang, en ville avec les voitures accidentées ou dans la jungle, le jeu ne veut pas nous faire rire et c’est tant mieux. Il est même tout à fait possible de sursauter par moment. (Je voudrais bien vous y voir vous à explorer un bâtiment totalement dans le noir avec juste un pied de biche et une lampe de poche quand ce saligaud décomposé décide de surgir sur vous depuis la pièce d’à côté !)

Entre cette ambiance et les quelques éléments que j’évoque plus bas, je ne serais franchement pas surpris si quelqu’un qualifiait le jeu de survival-horror.


Fulci would be proud

A première vue, Dead Island ne semble pas si différent de Dead Rising dans son gameplay. On se bat principalement au corps à corps et souvent à l’aide d’armes trouvées par terre voire bricolées par nos soins. La seule différence flagrante est que le jeu est à la première personne et qu’il se passe sur une île tropicale.
Ce serait cependant une grosse erreur si vous voulez mon avis. (Quoique si vous lisez ceci c’est que vous le voulez mon avis Razz) En fait, Dead Island tient pas mal de Borderlands au sens où nous sommes libre d’aller à notre guise (ou presque) et que le jeu possède quelques traits de RPG. Mais à ça s’ajoute un sentiment constant de danger qui transforme le jeu en tentative de fuite permanente face aux zombies.

La dimension RPG du jeu se traduit d’abord par un bon vieux système de quêtes que vous pouvez accepter ou non et qui vous rapporteront récompenses et points d’expérience.
Vient ensuite notre armement, les caractéristiques de notre personnage et les compétences spéciales qu’on pourra débloquer à chaque nouveau niveau.
Côté macchabée, il y en a pour tous les goûts : Vous aimez le bon vieux zombie qui titube ? Il y en a. Vous êtes plutôt du genre à craindre les cadavres capables de taper un sprint en vous apercevant ? Il y en a. Votre grand kiff zombiesque ce sont les boss de Left 4 Dead ? Ils ont des potes domiciliés à Banoi.

Une chose très intéressante : les zombies vous remarquent. Bien sur la mécanique n’est pas très poussée mais elle fonctionne suffisamment bien pour renforcer le sentiment de danger. Quelques pas dans une zone et voila que vous attirez l’attention de deux vacanciers qui étaient en train de se faire un petit en-cas au bord de la piscine. Quelques pas supplémentaire et voila que feu le barman se relève de derrière son comptoir et se dirige lui aussi dans votre direction. De ce fait il n’est pas rare de se retrouver avec une dizaine de zombie à notre poursuite alors qu’on explore les lieux.

Aussi le zombie moyen est plutôt solide dans Dead Island et les dégâts sont entièrement localisés. La tête reste la zone à viser en priorité (Attention toutefois, il faudra plusieurs balles de pistolet en pleine tête contre une seule cartouche de fusil pour tuer instantanément un zombie) mais il est tout à fait possible d’estropier un mort-vivant en lui brisant les bras ou les jambes, le rendant donc déjà moins menaçant.

Les zombies ont deux jauges : l’une représente leur santé tandis que l’autre représente leur endurance. De même vos armes ont un attribut « dégât » qui vise à diminuer la santé adverse et un attribut « puissance » qui consiste à diminuer l’endurance des infectés. Lorsque l’endurance d’un zombie tombe à zéro, il chute et mettra un certain temps à se remettre debout pour vous attaquer.

Il faut bien garder cela en tête lorsqu’on en plein affrontement avec un groupe de zombies. Faute de pouvoir tous les abattre immédiatement, en forcer quelques uns à se coucher est très utile. Les armes à feu sont présentes mais en faible quantité, idem pour les munitions. Lorsque vous trouvez un revolver, vous le conservez pour une grande occasion.
Aussi, ces affrontements sont assez violents. Point de gerbes de sang exagérées comme dans d’autres jeux, même si ça saigne tout de même beaucoup, mais surtout des effets sonores et des animations rendant vraiment les combats violents. Le moteur du jeu permet d’afficher divers dégâts sur les zombies, que ce soit l’ablation d’un nez, une coupe au cuir chevelu ou le fait qu’il soit carbonisé sous vos yeux. Tout ça ajoute à l’aspect horrifique du jeu.

Nos armes de fortune disposent également d’un attribut « durabilité ». C’est en fait la résistance de notre arme avant qu’elle ne se casse et devienne inutile face à nos assaillants d’outre-tombe. Cependant contrairement à Dead Rising, casser son arme ne veut pas dire la perdre. On se retrouve juste avec une place d’inventaire prise par une arme inutile.
Heureusement des ateliers aux quatre coins de Banoi permettent de réparer, améliorer et créer des armes contre espèces sonnantes et trébuchantes. (Oui c’est l’apocalypse mais on continue à se faire de l’argent)

Histoire d’accentuer la sensation de danger, le jeu comporte plusieurs actions pouvant potentiellement mettre le joueur en danger. Une porte verrouillée devra être défoncée via une action contextuelle qu’on ne va pas forcément réussir du premier coup. S’ajoutent à ça le transport d’objets lourds et les interactions avec le décor demandant au joueur de maintenir la touche d’action le temps qu’une jauge se remplit, ce qui le rend vulnérable aux attaques.

L’aspect RPG se retrouve également dans un arbre de compétences. A chaque niveau nous pouvons débloquer ou améliorer une compétence librement. Elles sont classées en trois catégories : les compétences de rage, (Lorsque votre jauge de rage est pleine vous pouvez déclencher un état où vous êtes plus efficace. L’ex-flic, par exemple, brandira son arme à feu personnelle et enchaînera les headshots un court instant), les compétences liées à votre spécialité côté armements (faire plus de dégât avec des armes tranchantes par exemple) et enfin les compétences de survie.

En additionnant tous ces éléments, on obtient donc un jeu où le zombie est une véritable source de danger. Ici on ne va pas dessouder du mort-vivant par paquet de douze, au contraire s’ils sont trop nombreux on préfèrera fuir. (Me concernant j’ai eu le droit à pas mal de décès même en fin de campagne solo. Six zombies qui vous tombent dessus, ça ne pardonne pas) A ce titre, et même s’il y a toujours des clins d’œil et des éléments « délirants » comme certains armes customisées, (quoiqu’une machette électrique c’est moins choquant que deux tronçonneuses attachées à une pagaie non ?) Dead Island procure des sensations assez inédites et plus proches du véritable jeu de survie que du vulgaire jeu de chasse aux zombies. Une intention vraiment louable.


35 hours later

Côté rythme et quêtes secondaires il faut savoir que certaines de ces dernières demandent peuvent paraître redondantes. Si votre premier groupe de survivant vous demande de la nourriture régulièrement (quête en continu) ça ne va pas empêcher d’autres survivants dans une autre zone de faire pareil car justement ce ne sont pas les mêmes personnes et ce que vous avez accompli pour les uns ne compte pas pour les autres. Logique donc mais il n’est pas exclu que cela ennuie certains joueurs. (Mais ils peuvent toujours se contenter de la quête principale) Me concernant je n’ai pas vu le temps passé et ravitailler tout le monde ne m’a posé aucun soucis.

Pour ce qui est du contenu, le jeu est assez généreux. Bien sur il y a le grand nombre de quête mais également les armes qu’on peut trouver de façon assez random. Arrive ensuite la collection de cartes d’identification, de plans pour la modification d’armes, de journaux locaux (ils donnent des pistes pour l’origine des zombies) ainsi que les enregistrements audio d’un homme venu enquêter sur l’île il y a peu. Tout ceci se cumule pour les trophées alors n’ayez crainte vous n’allez pas devoir ratisser chaque centimètre carré de Banoi à la recherche d’une malheureuse carte.

D’ailleurs les trophées sont plutôt réussis, ni vraiment stupides (bien qu’on n’échappe pas aux classiques « Tuez X zombies avec une arme tranchante » etc…) ni surréalistes. Il y a même des vrais petits challenges comme celui d’enchaîner un certain nombre de décapitations à la suite ou le fait de tuer d’une certaine façon un zombie particulier. (Et ce n’est pas toujours évident)

Pour ceux qui veulent vraiment faire le jeu à fond, une liste de défis secondaire se renouvelant parfois jusque quatre fois est également disponible.
Détails très plaisant : la progression dans les trophées et défis est directement visible dans l’interface du jeu. C’est vraiment trop rare de nos jours !
Je ne sais pas comment a fait le type du test que j’ai lu récemment pour finir le jeu en quinze pauvres heures, mais moi sans me presser j’en suis arrivé au bout avec plus du double au compteur.


Jeu en décomposition

Visuellement, Dead Island est plutôt pas mal. Il ne provoque pas de claque visuelle mais les décors extérieurs sont enchanteurs. Les autres décors ne sont pas mal non plus, et plutôt glauques par-dessus le marché. (Cette jungle =))

En revanche le jeu a quelques bugs dont certains assez gênants. Il m’a été par exemple nécessaire de recharger ma partie car mon personnage était passé à travers le sol. Heureusement c’est assez rare et on rencontrera surtout des bugs d’affichage (textures mettant un temps avant d’être visibles, surtout après un écran de chargement), du clipping et quelques objets flottant dans les airs. De même certains visages reviennent chez les PNJ mineurs ce qui est assez dommage.

Comme déjà énoncé, les cutscenes souffrent d’un sérieux manque de peaufinage et les bugs y sont également présents.

Autre chose un peu regrettable : le jeu met tellement l’accent sur le corps-à-corps qu’au niveau des armes à feu ça manque un peu de sensation. Une bataille rangée au pistolet provoque moins d’enthousiasme qu’un bon vieux coup de hache. Heureusement le headshot permettra de couper court à ces phases de jeu.

Egalement on remarquera assez vite que le concept du jeu aurait pu être poussé beaucoup plus loin. Si vous voulez plus de détails j'ai posté un article appelé « Cinq idées pour rendre Dead Island plus intéressant » sur Gameblog.


Survie organisée

Quelques mots sur le mode multijoueurs. Dead Island permet de jouer l’intégralité de sa campagne en coopération jusque quatre joueurs, que votre équipe soit composée de doublons ou de chacun des personnages disponibles.

S’il paraît vite évident que le jeu a été d’abord conçu dans ce sens, n’allez pas croire que jouer à quatre va vous faciliter grandement la vie. Les zombies correspondent à votre niveau, ce qui évite que les joueurs ayant déjà beaucoup d’heures de jeu derrière eux viennent massacrer les zombies du début de la campagne d’un petit nouveau ou qu’à l’inverse ce dernier aille faire du power-leveling en s’incrustrant dans la partie avancée de son pote. Non, ils ont votre niveau et même à quatre les morts ne sont pas rares.

Là où le jeu est plus simple en coop c’est pour les actions que j’évoquais plus tôt. Lorsque vous devez défoncer une porte ou charger une voiture avec des vivres, c’est plus confortable si un ami vous protège des zombies plutôt que de devoir tout faire tout seul.

S’il est possible de jouer avec n’importe qui n’importe quand, (Bonne interface d’ailleurs même si on aurait aimé pouvoir passer sa partie sur « privée » sans avoir à revenir au menu principale. Heureusement il suffit de mettre les places réservées au maximum et l’effet est le même) je vous recommande chaudement de vous trouver trois amis avec qui jouer les survivants de Banoi, de préférence avec chacun son personnage à lui et chacun avec un micro-casque.

De fait, Dead Island en coop c’est finalement un grand moment d’organisation. A va suivre C jusque la station service pour préparer un pick-up plein de carburant pour la planque tandis que D ramène gentiment une survivante à l’abri et que B fouille des bungalows à la recherche de l’insuline du pauvre bougre diabétique à deux doigts de rendre l’âme dans sa chambre.
Le jeu est open-world, ou presque. En fait il est constitué de plusieurs zones toutes très vastes (station balnéaire, ville, jungle etc…) en plus de quelques intérieurs comme des appartements. Et devinez quoi ? Tant que vous êtes tous dans la même zone et que personne ne tente d’en sortir chaque joueur peut se déplacer librement à des kilomètres virtuels de ses compagnons ! Ca nous change de Dead Rising et sa tonne d’écran de chargement forçant les joueurs à tous aller dans la même direction. En bref, dans les bonnes conditions, le coop de Dead Island est tout simplement grisant.

Il m’a été très difficile d’établir une note pour ce jeu. Même si les problèmes techniques ne m’ont pas tellement gêné, ils sont bien là et c’est vraiment dommage pour les cutscenes. Cependant malgré qu’il puisse aller plus loin, le jeu m’a procuré une expérience zombiesque assez inédite hors jeu indépendant. J’ai vraiment eu le sentiment d’avoir affaire à un jeu beaucoup plus axé sur la survie que les autres soft mettant en scène des zombies. De plus, un tel jeu avec en plus une véritable volonté de poser une ambiance sérieuse et morbide c’est vraiment que du bonheur.

Les gens qui ont beaucoup de mal à apprécier un jeu dés qu’il y a des bugs, du clipping etc… A leur place je mettrais 3.5/5 à Dead Island. Cependant comme je m’amuse quand même énormément avec et que je suis assez indulgent sur les bugs, j’arrondis à 4/5.
Mais faut vraiment qu’un Dead Island 2 soit mis en chantier fissa et avec un tas d’ajustement pour en faire le jeu de survie avec zombie ultime ! >___<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis
Aidez moi, ma vie se résume à ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5154
Age : 28
Localisation : Dans une cité impériale au sud de Paris.
Emploi : Ecrivain. Chasseur de Ténèbres. Etudiant.
Loisirs : Ecrire, Lire, Jouer... Chasser les Ténèbres. Etudier. Réviser.
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Ven 6 Juil - 13:01

Est-ce que quelqu'un a Samurai Warriors Chronicles sur 3DS et pourrait m'en parler un peu? Ce jeu m'intéresse mais je crains d'acheter un truc qui ne vaille pas le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Jeu 23 Aoû - 2:49

The Hobbit



The Hobbit est un jeu qui se déroule avant les évenements du ''Seigneur des Anneaux''

Donc, On incarne Bilbon le Hobbit, Le jeu débute dans la Comté quand soudain Gandalf arrive avec 13 nains qui mangent tout ce qu'il peut-y avoir dans la demeure de ce cher Bilbon. Pour finalement l'invité dans une grande aventure !

C'est un jeu de Platformes/Aventure un peu similare a Mario 64, Banjo-Kazooie... qui parfois nous propose quelques énigmes/puzzles et des objets a collectioner à travers les niveaux.

Graphiquement c'est pas la claque, mais c'est quand même bien.

J'aime
-Les Énigmes/Puzzles
-La Voix des Personnages
-L'Ambiance Chaleureuse
-La Progression du jeu

J'aime Pas
-Les Musiques (Pas beaucoup de musiques)
-Les Combats ''Rigides''
-Les Caméras (Parfois elles sont chiantes)

7/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Belmont
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2251
Age : 25
Localisation : Québec
Emploi : Aucun
Loisirs : Jeux video,Montages Videos et Effets Spéciaux
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   Lun 3 Sep - 0:54

Van Helsing


Le jeu est basé sur le film et c'est un Beat'em-All à la Devil May Cry dans une ambiance Transylvanesque. Au début, je trouvais ça terrible niveau contrôles et caméras, mais j'ai fini par m'y faire.

Parfois J'avais l'impression de jouer à une version de Castlevania Lords of Shadow sur PS2 Surprised

Quelques décors bien foutu Smile (Désolé pour la qualité des images...)





J'aime

-Les Décors
-L'Ambiance Transylvanesque
-Le fais d'upgrader les armes
-Les Trucs à Collectioner
-Les Challenge Secrets
-L'arbalète

J'aime pas

-Le Début
-Les Caméras qui empêche de voir certains trucs
-Quelques Bugs

7.5/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation et Critiques de Jeux Vidéos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation et Critiques de Jeux Vidéos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présentation et Critiques de Jeux Vidéos
» Quels sites de jeux vidéo consultez-vous?
» [ News ] Jeux vidéos - nouveautés
» L'addiction : Les jeux-vidéos.
» modérateurs jeux vidéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castlevania france :: Autre :: Autre jeuxvideo-
Sauter vers: