AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ShanoaxDracula II

Aller en bas 
AuteurMessage
ShanoaOoE
habitué
avatar

Féminin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Emploi : Auteure
Loisirs : jeux castlevania, écriture de critiques de recueils, photographie
Date d'inscription : 24/04/2018

MessageSujet: ShanoaxDracula II   Ven 4 Mai - 0:19

II, I)

Nikolai dépose une gerbe de fleurs fraiches devant la croix dorée abritée par l’église du chemin des oubliés. La richesse des matériaux employés pour élever cet artefact dépasse l’entendement. Nikolai ne se souvient pas que cet édifice eut été le théâtre de grands rituels particuliers qui auraient fait sa renommée. Il quitte les lieux, à présent désaffectés et silencieux, en ne parvenant pas à définir, d’autant qu’il s’en souvienne, s’il avait croisé la route d’un illustre tueur de vampires.

Il est peut-être vieillissant mais la force de Dieu est en lui, cette lumière terrasse tous les ennemis hideux qui entravent son passage lorsqu’il ressort du lieu saint. À bien y réfléchir, c’est en combattant contre ces monstres qu’il imagine que Shanoa fait de même et devra, inéluctablement, s’agenouiller dans cette église. Les souvenirs affluent en lui.



Il revoit un jeune garçon tout fluet frapper à la porte de l’église. Nikolai avait terminé son service du soir et s’était attardé dans ses complies. Le petit garçon s’approche timidement et met religieusement un genou à terre en voyant la croix. Puis, il annonce d’une voix timide :
« Père Nikolai, je ne retrouve pas mes parents à la maison. »
Nikolai regarde le petit dans les yeux. Courageusement, il retient ses larmes d’enfant. En se penchant vers lui pour le relever, le prête se rend compte que le corps gringalet appartient à une petite fille. Il voit miroiter dans ses yeux un éclat résigné. Ils vont s’asseoir sur un banc.
« Comment t’appelles-tu ? »
L’enfant paraît étonnée mais hausse les épaules en comprenant que le prêtre ne peut se souvenir de tout le monde. Elle essaie d’ailleurs de se souvenir de ses parents mais n’y arrive pas.
« Je ne me rappelle pas ».
Nikolai voyait bien qu’elle ne voulait pas lui dire.
« Mais, si tu ne m’aides pas, comment vais-je savoir qui sont tes parents ? »
L’enfant reste muette.
Il peste un peu et remarque qu’il fait déjà nuit noire. Il va devoir passer la nuit ici. Il peut dormir sur un banc et la laisser dans la sacristie. Une question lui vient alors à l’esprit :
« Comment as-tu fait pour venir jusqu’ici ? Et pourquoi venir me trouver ? »
« On m’a dit de venir vous voir, au village. Parce que ce que j’ai ne peut pas être soigné, ce n’est pas normal. »
Intrigué, Nikolai observe l’enfant plus attentivement. Il ne voit rien d’anormal. Soudain, la petite fille fait glisser le châle qu’elle a sur les épaules. « Mes bras, » explique t-elle. « Ils brillent tout seuls. Ils me défendent. Il y a des armes dans mes bras. »

Nikolai est stupéfait. Serait-elle la fille de Leon Belmont et Sara, celle que l’ordre attend depuis si longtemps ?
Nikolai regarde la petite fille droit dans les yeux. Il ne veut pas dire une chose pareille à une enfant de treize ans, mais il n’a pas le choix, et, il réalise, peu de temps.
« Shanoa », murmure t-il, « C’est bien ton prénom, n’est-ce pas ? »
La petite fille croise les bras et semble dire d’un air effronté « ah, pas trop tôt. »
Elle l’attaque à brûle pourpoint : « Que comptez-vous faire pour mes bras ? »
Nikolai soupire. Elle a tant d’entrain. Il doit en passer par là. Il reprend sa phrase, imperturbable :
« Shanoa, ta maman est partie et il vaut mieux que tu ne penses plus à ton père. Tu dois être forte. Est-ce que tu as entendu parler de Dracula ? »
« Drakuki ? »
Nikolai est soulagé. Le spectre de ce démon ne plane pas encore sur elle. Ou alors, elle ment.
« Tes parents se sont battus, ta mère jusqu’à la mort, pour exterminer leur ennemi commun. Dracula. Je t’expliquerai qui il est mais… d’abord nous devons te montrer pourquoi tes bras brillent. Une force coule en toi, Shanoa. Ta mère s’est sacrifiée pour créer une arme qui est tombée dans l’oubli. Elle savait quelle serait sa tâche. Ton père et ta mère t’ont créée, une arme vivante, pour être sûrs que tu ne t’éteignes pas. Ils m’ont mandé de t’enseigner l’art secret des glyphes. Je te dirai ce que c’est. Ils ont tout fait pour que le jour où tu demandes à quelqu’un du village de l’aide pour tes bras, que cette personne te conduise à moi. »

Il remarque que la petite fille s’est assoupie sur le banc, contre lui, pendant sa longue logorrhée dont elle ne doit avoir entendu mot.

Il est content qu’elle ne soit pas consciente pour ce qu’il doit faire. Il la retourne avec précaution, pose ses paumes sur son dos et lui transmet l’art de l’Ecclesia. Elle devra apprendre à manier les glyphes, mais il n’est pas encore temps de tout cela. Il faut lui laisser assez d’années pour que son corps s’habitue à son pouvoir. Lorsque Nikolai retire ses mains, un fin liseré rougeoyant part de la nuque de la petite fille jusqu’au bas de son dos. À travers le tissu, le prête aperçoit le serpent de feu.

Nikolai se relève, courbé, lourd. Il vient de vieillir de 10 ans. Il ne sera plus qu’un curé sénile lorsque la belle Shanoa devrait réapparaître…




Enfin, se dit le prête. Il n’aura pas pu parachever la mission que les parents de la petite fille lui avaient confié. Un de ses disciples d’Ecclesia aura été plus rapide dans sa recherche et aura capté l’attention de la jeune Shanoa avant qu’il n’ait le temps de la retrouver. Barlowe est son nom.

Lorsqu’il referme l’église, c’est avec un geste las qu’il éloigne les monstres. Il ne veut plus penser à toutes ces erreurs. L’erreur de ne pas avoir su stopper la fougue d’un jeune Leon et d’une Sara éplorée pour que jamais ils ne mettent au monde Shanoa. Car avec chaque génération de guerrier ou guerrière que le monde porte, Dracula renait de ses os flétris.
Mais qui pourrait leur en vouloir ? Cette quête est celle de leur lignée.

Tout de même, Shanoa n’avait eu ni enfance ni adolescence. Elle a dû vivre de terribles cauchemars liés à l’ancrage du système des glyphes en elle. Elle n’a pas connu la chaleur de l’amitié, les tourments de l’amour, les désirs charnels. Elle est toujours aussi vulnérable que ce soir là, dans l’église.
Lorsqu’il l’aperçoit aujourd’hui, Nikolai se mure dans un silence. Il ne parle que par énigmes, pseudos bénédictions et n’affiche qu’un sourire bienveillant. Il maudit sa voix frêle qui lève les bras au ciel pour parler à un dieu qui se moque des déboires humains qui engendrèrent Dracula.

Il sait que Shanoa se souvient de lui et qu’il s’en veut d’être resté en retrait. Mais que pouvait-il faire face à la dévotion inquiétante de Barlowe… Et ce jour où il a ramené le réceptacle de Dracula dans ce qui fut le refuge et le lieu d’études de Shanoa… Il aurait voulu mourir de honte, prendre Shanoa avec lui, alors âgée de vingt ans, et fuir…

Rendu infirme depuis cette nuit sur le chemin des oubliés, il ne lui fut, depuis ce jour là, d’aucun secours.

C’est à croire que le destin de Shanoa avait été rendu, dès son premier cri, irrémédiablement tragique…





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShanoaOoE
habitué
avatar

Féminin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Emploi : Auteure
Loisirs : jeux castlevania, écriture de critiques de recueils, photographie
Date d'inscription : 24/04/2018

MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   Dim 6 Mai - 21:09

Un peu plus dark, des combats et de la manipulation par notre cher Dracula... Que serait Castlevania sans le gothic horror ?

II)II

Shanoa rentre comme une furie dans ce qui fut son terrain de jeu et d’études, l’Ecclesia–l’Eglise. Les quelques chauves-souris, sbires de Dracula, savent ressentir l’odeur d’une chair nouvelle lorsqu’elle se présente. Ainsi, Dracula sait en ce moment même que la jeune protégée de Barlowe est entrée dans l’Eglise. Mais a t-il vraiment besoin de ce démon noir qui n’a pas toujours les idées, claires, la tête en bas ?

Barlowe est évidemment là, dans son laboratoire. La pièce croule sous le poids des vieux ouvrages, la poussière se soulève même quand on passe près de telles piles.

En l’attendant arriver, il se lève, théâtral. Sa chasuble semble un accessoire de scène. Qu’est-ce que cet homme a de religieux ?

Il propose à Shanoa de s’asseoir, mais celle-ci décline d’un ton sec :
« Vous croyez qu’on peut dresser un banquet ici, pendant que vous discourez de manière insensée ? »
L’homme lève les yeux au ciel puis vers elle, plantant son regard dans le sien. La jeune femme y lit toute la haine sénile que ce pauvre sot a conservé depuis tant d’années qui le rend coi devant le fait que cette effrontée lui parle ainsi.
Il décide cependant de se raviser et tourne la situation à son avantage :

« Tu devais me faire état de la situation. Qu’en est-il ? Alors, où est Albus ? »
Malgré sa fouge, quelque chose en Shanoa se soumet à la volonté de Barlowe, manifestée par cet ordre sans concessions. En bafouillant un peu, signe de son malaise, elle déclare d’une voix beaucoup plus posée :
« Je ne l’ai pas vu. Je l’ai peut-être ressenti. Et… Dracula m’a enlevée mais je ne comprends pas. Je me suis réveillée chez Laura. », termine t-elle.

Barlowe sourit. Il est si facile de lui faire faire ce que l’on veut. D’un ton faussement compatissant, il demande, intéressé :
« Dracula, hum ? L’as-tu vu ? Il est possible que ce démon soit hors de l’ombre par je ne sais quel sortilège… Que peux-tu me dire sur lui ? Comment était-il, que s’est-il passé ? »

Shanoa lui répond simplement qui lui a semblé qu’il l’épargnait.
Barlowe caresse sa barbe, pensif. Après quelques moments, il la fixe à nouveau.

« Et les glyphes ? Combien en as-tu ? »
« Un seul seulement. »
« Ce n’est qu’une hypothèse mais… si tu étais l’instrument de Dracula ? Si ce sceau n’était qu’une vaste supercherie destinée seulement à te pousser dans ta quête de rechercher les glyphes ? Si Dracula avait besoin que tu absorbes ces glyphes pour qu’il renaisse, encore plus fort ? Cela expliquerait pourquoi il ne semble pas vouloir t’attaquer ? »

Shanoa réfléchit un moment. Elle s’est assise.
« Ce n’est pas seulement ça. J’ai l’impression qu’il… que Dracula… me surveille et s’assure… » Elle marque une pause, tant le reste de sa phrase lui semble inconcevable… « Que j’aille bien. »
« Comme s’il avait développé un sentiment pour toi, quel qu’il soit et quels que soient ses desseins », affirme Barlowe plutôt qu’il ne le suggère.

« Je ne sais pas. Je sais que je le déteste. Je suis née pour le tuer, il renait lorsque j’apparais, je suis de la lignée des tueurs de vampires, c’est un vampire, je dois l’occire. C’est tout. Il n’y a nulle place pour autre chose. »


Barlowe lui fait face.
« Eh bien, Shanoa… Si Dracula te protège, comme tu sembles le dire, cela veut dire qu’il est vulnérable, s’intéressant à quelqu’un comme toi… Il faut que tu meures pour qu’il accourre ? Si c’est le seul obstacle pour que j’en finisse, alors soit ! »

Une colère sourde s’empare de l’homme d’Eglise qui engage le combat contre Shanoa. Celle-ci bascule sa chaise d’un mouvement de bassin et se retrouve devant Barlowe. Elle donne un coup de tête qui fait onduler ses cheveux noirs de jais, comme une dernière préparation mentale avant ce combat.

Barlowe gromelle, d’un ton las :
« Au moins je vais voir ce qu'il reste de l’entrainement que tu as reçu… »

Elle comprend, alors qu’elle pare une attaque glaciale d’éclats de givre, que Barlowe veut ressusciter Dracula pour le tuer.Elle soupçonne qu’il y ait autre chose, que tout son combat ne se résume pas à la seule fierté du vieil homme. Bien décidé à la tuer, celui-ci la saisit à la gorge, rapide comme l’éclair, et lui assène de violents coups de poings dans le ventre. Shanoa en a le souffle coupé. Bien qu’elle parvienne à déchirer des bouts de chairs des poignets de Barlowe avec [Dextro Custos]. Invoquer Cerbère comme son bras droit surprend l’homme d’église. Mais celui-ci ne se détourne pas de l’objectif qu’il s’est fixé. S’il doit sacrifier Shanoa pour ses plans d’homme blessé, il le fera sans aucun doute. La jeune femme le comprend, mais un instinct en elle la pousse à se battre.

Barlowe continue de la blesser. Ses poings sont maintenant équipés de lames acérées qui tailladent la chair de Shanoa. Elle sent le flux de son âme passer sur le fil du rasoir des lames de ce vieux fou. Comme s’il lisait dans ses pensées, Barlowe hurle à la mort :
« Alors, Dracula, est-ce qu’elle souffre assez pour que tu viennes la sauver ? Non ? Qu’est-ce que je dois lui faire encore ? »
D’un sourire lubrique, il s’adresse à Shanoa qui n’entend pas l’entièreté de sa phrase :
« Homme d’église… chasteté… pas croire.. épargnée ? »

Les yeux de Shanoa se révulsent... pourquoi l’a t-il attaquée avec autant de haine ?

Shanoa est à terre. Elle rend son dernier souffle. Une marre de sang se répand autour d’elle. Barlowe la saisit par les épaules, l’intensité de ses glyphes faiblissent… Il la retourne, préparant un poignard dans sa main droite. Il n’a plus d’unité magique pour elle, ,il aurait pu la griller à l’électricité, ou la glacer dans une colonne de froid jusqu’à ce qu’elle expire piteusement.

Et Dracula ne vient pas. Barlowe se sent dépossédé. Il ouvre les mains, son poignard lui glisse des doigts. Désorienté, il crie le nom de Shanoa. Au moment où sa panique déchire le silence de la pièce, le corps meurtri de Shanoa entre en lévitation. Elle flotte dans l’air. Barlowe regarde, fasciné, inquiet d’être là et d’assister à l’envol de l’âme de Shanoa. Gracieusement, les pans de sa robe sont aussi inertes et mornes qu’elle. Son visage est livide, la vie l’a délaissée. Seuls ses longs cheveux semblent vouloir rester au sol, le plus proches de la terre maudite qui a portée la jeune guerrière. Son épaisse toison souple et brillante hypnotise l’homme d’église.

Un rouage dans l’esprit de Barlowe se tord.Que s’est-il passé pour qu’il agisse ainsi ? Lui même ne se souvient pas être capable de contrôler des sorts si puissants… D’attaquer avec une telle rage…

Mais soudain, le corps de Shanoa ne s’élève plus. Il reste en suspension. Il semblerait que quelque chose le maintienne là.
«Peut-être qu’il n’est pas encore trop tard », espère le vieil homme.
Frénétiquement, il balbutie une prière à la Vierge :
«Salve re… regina, mater misericordiae… ora pro… », à en pedre son latin.

Un rire profond le glace sur place. Une voix irréelle se fait entendre :
« Pauvre suppôt ! Ah, que les hommes sont stupides… Shanoa ou une autre, est-ce que tu crois que je fais une différence… J’ai couché avec tant de femmes, sur tant de générations… Tu crois qu’elle est différente ? », lui intime la voix, crûment.

Dracula essuie le sang sur la tempe de Shanoa, le goûte goulument.
« Cependant, stupide dévot clérical, je te remercie. Elle commençait à m’échauffer le sang, ce qui n’est jamais bon pour un vampire. Grâce à toi je n’ai pas eu à la blesser le premier pour y goûter. »
« Ce que la gamine disait, ce n’est pas vrai ? »

Tout se trouble. Barlowe est seul. Titubant, il se relève.
Au diable tous ces démons et autres divagations de l’esprit ! La vie n’est pas un tel jeu ! Il sort de l'église comme il sortirait d'un rêve, indécis par rapport à ce qui vient de se passer.


Dracula a fait préparer une des chambres de son vaste château. Perséphone a bien entendu qu’il voulait que ce soit sa chambre, et que personne n’ose le déranger. Il adresse à celle-ci un regard glacé, qui lui fait comprendre qu’elle ne s’y rendrait pas ce soir. Penaude, Perséphone va se consoler avec un ange archer.

Le seigneur des lieux dépose Shanoa sur le lit qui se trouve auprès de son cercueil de verre. Le vieux fou a raison. Il a besoin de cette pauvre paysanne pour qu’elle lui retrouve les glyphes dont il a besoin. Le prince des ténèbres a le sens des responsabilités. Il commence d’abord par concentrer son pouvoir guérisseur dans ses mains. Elles brûlent et laissent de légères cicatrices sur les anciennes blessures de Shanoa. Ensuite, il psalmodie un sort qui permet enfin à Shanoa  de quitter le poids de son corps blessé le temps qu'il guérisse les séquelles de ce combat sur son âme.

La créature fantastique traite son hôte avec des gestes calmes et maîtrisés. Il ne peut ne pas remarquer la beauté de ses traits, sa fragilité. En effet, elle ferait probablement un bon divertissement. Il quitte sa propre chambre pour la laisser se reposer enfermée dans son cercueil, attrape Perséphone au vol et soupire quand il disparaît en elle. Las, il n’a rien du Dracula séducteur et manipulateur de la plupart de ses jours. La jeune déesse assume son infidélité avec l’ange archer et Hadès et se dévoile dans le seigneur des ténèbres.

« Alors, que vas-tu faire d’elle ? Tu n’as pas besoin de ces glyphes, tu sais »
« Ma petite Perséphone, je ne crois pas avoir une opinion sur un d’ordre d’une femme qui attire tout le château dans ses draps. »
« Que veux-tu, ami. Je concentre ma frustration depuis mon enlèvement dans le désir ardent et pathétique des hommes. Le tien y compris. »
«Je comprends pourquoi Hadès n’a jamais son mot à dire. »

Il embrasse Perséphone et retourne dans sa chambre où Shanoa, paniquée, se réveille entravée dans une cage de verre. Elle n'est que corps, Dracula l'ayant déchargée de son âme.
Son ennemi la regarde d’un air tendre qui la décontenance, comme s’il portait en lui les torrents les plus rafraîchissants pour apaiser ses douleurs. Il la libère de son entrave de verre en lui offrant sa main, délicat et attentionné. Libérés de la morale religieuse ou de celle des promesses à tenir, les deux êtres se regardent avec le peu de lumière que Dracula laisse entrer au chateau.

Seul Dracula sait, au fond de son être, que Shanoa est pareille à ceux de sa lignée. Forte, mais influençable. Il caresse cette dernière pensée avant de s’assurer que ses soins ont portés ses fruits. Il est satisfait quand il voit dans les yeux de Shanoa qu’elle croit qu’il semble s’intéresser à elle. Son rire sadique résonnerait dans tout le château, s’il le libérait de sa sombre cache thoracique… En caressant ses cheveux, il lui rend son âme. Il allait être intéressant d'avoir accès tour à tour au corps et à l'âme de la jeune femme éperdue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2144
Age : 52
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   Jeu 10 Mai - 2:23


Eh bah dis donc, tu n'as pas chômé !

Ma première réflexion c'est que tu aimes bien les caresse.
Caresse sa barbe, caresse ses cheveux, caresse sa pensée...
Il y en a peut être d'autres ? Remarque tant que les caresses ne vont pas jusqu'au barbu^^

Bel effort en tout cas, j'ai l'impression que tu aimes inventer tout un tas d'histoires. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShanoaOoE
habitué
avatar

Féminin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Emploi : Auteure
Loisirs : jeux castlevania, écriture de critiques de recueils, photographie
Date d'inscription : 24/04/2018

MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   Ven 11 Mai - 7:49

Oui, c'est bien vrai Smile
Le subconscient, c'est ça ?

J'écris pas mal. En fait cette fic permet de (de bien sûr discuter avec vous chers membres et entendre vos avis), de couper avec l'écriture de mon roman Smile

Et ta vanne se précise en effet, encore plus pour la III et IV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.A.S back from his grave
Maitre du chateau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2144
Age : 52
Localisation : Partout en France et dans le Monde
Emploi : Contrôleur de gestion
Loisirs : SEXE, BIERE ET COLLECTION
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   Ven 11 Mai - 14:15


Ah bon, après s'être caressé la barbe, il va bientôt y avoir du chatouillage de barbu ?

Hum hum
Razz

Heureusement que nous ne sommes pas chastes ici^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShanoaOoE
habitué
avatar

Féminin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Emploi : Auteure
Loisirs : jeux castlevania, écriture de critiques de recueils, photographie
Date d'inscription : 24/04/2018

MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   Ven 11 Mai - 14:16

Ah, non. Mais alors pas du tout. xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ShanoaxDracula II   

Revenir en haut Aller en bas
 
ShanoaxDracula II
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castlevania france :: Jeux videos :: Illustration/texte/scan-
Sauter vers: